Carnet de Bord, Découvertes, Edito

Chrono-nutrition, un peu

Je n’ai pas encore parlé ici de chrono-nutrition, parce que je trouve ça si pompeux, bon sang. Malgré tout c’est quelque chose que je pratique depuis quelques temps (dans la mesure du raisonnable bien sûr, je suis définitivement CONTRE les régimes et autres trucs contraignants, j’espère que tu l’as bien compris).

Mais je suis en quête de bien-être en général. Et il se trouve qu’avoir changé mes petits-déjeuners a un impact non-négligeable sur le bien-être en question. Bon, on va encore tourner autour du sucre hé ui, car c’est bien lui qui semble être au coeur de l’attention de mon corps qu’est-ce que tu veux y faire.

Donc : le matin, c’est du gras, du gras et encore un de gras. Soit : du fromage (quelle jolie vie je mène). Avec du pain de seigle (pas pur seigle hein, le bon pain de seigle du boulanger que quand tu le grilles c’est si bon). Tu prends le pain que tu veux en vrai (même s’il paraît que le blanc est pas bon parce qu’il fait grimper la glycémie… j’ai pas vu beaucoup de différence quand j’ai pris du pain blanc, donc bon, je te jette pas la pierre).  Et un grand café ! Enfin ce que tu veux comme boissons mais sans sucre, quoi.

En gros, c’est environ (environ, hein, on va pas se casser la nénette à commencer à peser la bouffe tous les jours… une fois pour repère, c’est bien) 80g de pain et 100g de fromage. Plus ou moins, en fonction du déjeuner qu’on prévoit… tard, tôt, léger, grassouillet… Tu peux ajouter une lichette de beurre (quel bonheur, bon sang). ,Je ne mange pas de viande, mais tu peux mixer fromage et charcuterie. Je mixe parfois avec du saumon fumé, ou un oeuf au plat <3.

En ce moment, comme j’ai un peu de mal à me lever et que je cours un peu entre le brushing et le câlin aux chatons, je mets tout ça dans un tupp’ et je l’emmène au bureau : du coup j’en fais un peu moins, vu que ça me fait petit-déjeuner plus tard.

Bref, les effets sont canons : moi qui avait tendance à avoir salement la dalle à 10h (on en revient aux pics glycémiques évoqués dans mes précédents posts sur LE SUCRE C’EST MAL HAAAA), je n’ai pas faim avant 12h30. Quel confort pour bosser dans de bonnes conditions, en vrai. Et je suis moins gonflée, moins ballonnée, et ce toute la journée. On va pas se mentir, c’est confortable aussi pour être pas trop serrée dans son slip.

Allez, la bisette.

 

Publicités
Carnet de Bord, Régime

Le week-end de la peur

Tu te souviens, la semaine dernière j’avais réussi le grand chelem de la bouffe équilibrée ! Du vendredi soir au dimanche soir, rien que du sain et du sans-excès.

Ben ce week-end, c’était combo dîner d’anniversaire du monsieur et brunch du dimanche avec des amis. Spoiler : je m’en suis bien sortie ! Samedi soir, dîner dans la famille de monsieur, donc. Avec au menu du poisson « parce qu’on sait que tu manges pas de viande, donc saumon ».

lady-gaga

En gros j’ai zappé l’apéro, dégusté le poisson et le riz, grignoté un morceau de fromage et avalé un morceau de gâteau aux fruits. Et en rentrant j’avais faim, ce qui veut bien dire que j’ai pas abusé sur les portions.

Quand au brunch d’hier midi, BON. Un peu plus compliqué mais au final je crois que j’ai mangé : 2 viennoiseries, 2 pancakes au sirop d’érable, une tartine fromage frais saumon fumé, un peu de pain/confiture, un peu de fromage, une part de cake coco/citron vert. Et hier soir, soupe thaï maison. Bon et finalement, 1,4 en moins sur la balance ENFIN.

J’t’avais dit, hein, la patience, tout ça. En vrai c’est pas compliqué, la dynamique est réellement là, donc j’en profite.

Je pense que cette semaine je vais reprendre le sport, doucement. Je commence à me sentir mieux et à retrouver l’envie de bouger. Alors probablement mercredi…

rocky

En attendant j’ai plusieurs articles sur le feu : le petit-déjeuner (<3), la gestion du déjeuner, des repas à l’extérieur, et la grossophobie ordinaire. J’avais jamais abordé ça ici, mais les gens qui agissent différemment avec toi parce que t’es grosse, ça existe encore quand t’es adulte.

 

Carnet de Bord, Recettes

Fils rouges

J’essaye d’avoir des fils rouges, dans ma vie en général. Si j’aime les sorties de route, j’aime mes routines d’un amour pur et inconditionnel. Je suppose que tout le monde a besoin de repères.

Dans mon cas, je me sens vite perdue et stressée si je n’ai pas mes moments de routine pour m’y retrouver (c’est un peu bizarre et on dirait que je suis zinzin, dit comme ça)(peut-être bien que je suis zinzin). Le problème c’est que j’ai déménagé récemment. Pour la bonne cause, en me rapprochant de mon travail – et de Paris donc, et j’en suis ravie, on se fait bien à ce nouveau lieu ! Mais j’ai perdu toutes mes routines, et du coup je suis PAUMEE.

wth

Le truc positif c’est que paradoxalement… J’adore me faire des nouvelles routines. Parce que J’AIME LE CHANGEMENT DE ROUTINE.

Zinzin. 

Dans tous les cas, j’essaie d’intégrer mes vieux réflexes à mes nouvelles routines. Intégrer le sport (difficile en ce moment avec mes angines et autres virus à répétition mais j’y travaille), la préparation des repas… Rendue plus facile grâce à l’arrivée de la cuisine après 1 mois d’attente et de camping à base de micro-ondes, de livraison et de salades.

Préparation d'une soupe avec les 2 commis les plus mignons du monde environ
Préparation d’une soupe avec les 2 commis les plus mignons du monde environ

Et au passage une jolie soupe que j’ai préparée la semaine passée : soupe patate douce/coco/citron vert (j’ai chipé la recette chez la merveilleuse Edda).

Soupe de fin d'hiver
Soupe de fin d’hiver

Pour 2 : 1 grosse patate douce et 1 carotte épluchées, que l’on fait cuire gentiment dans 20 cl de lait de coco et autant de bouillon qu’il faut pour recouvrir largement tout ça. Quand les légumes sont tendres, mixer et assaisonner avec du sel, du poivre et le jus d’un citron vert. Et c’est franchement très bon, la soupe réconfort-type de quand on a eu une sale journée et qu’on a besoin de douceur.

Espérons que le prochain post sera dénué de tout virus, et causera un peu de sport. La bisette !

Carnet de Bord, Régime

Le pavé de la discorde

Bon bon bon, au menu d’hier soir : pavé de saumon, figue et citron !

Et c’était délicieux. Je suis fan des figues, je ne sais pas pourquoi je n’en mange pas plus… C’est la saison, le moment d’y remédier !

Avant :

IMG_20130905_213936

Après :

IMG_20130905_214131

Et du coup tout avait pris une jolie couleur rose… Je me suis régalée, avec un peu de riz, c’était parfait.

Bon alors du coup, ça pose question. Si tu suis (‘tention, je vous ai à l’oeil), tu sais que je n’achète plus de viande (même le jambon sec… j’ai passé le cap). J’en mange parfois au resto, et quasiment tout le temps dans ma famille (= carnivores extrémistes). Famille qui n’a aucune idée de ce changement, donc bref. La viande, je m’en passe plus facilement que prévu (même si j’ai du mal à lâcher la volaille), toutefois je ne suis (pour l’instant ?) pas végétarienne stricte, donc c’est un peu facile de dire ça. On verra à l’avenir.

Par contre, je continue de manger du poisson et des fruits de mer. Je sais pertinemment que ce sont des animaux ( bah ouais, j’ai un bac + 5 en biologie, c’est un peu impressionnant, je sais), mais je n’envisage pas pour l’instant d’abandonner les sushis et le saumon globalement, en fait. C’est simple, je n’arrive pas à l’envisager. Je ne sais pas trop pourquoi, parce que j’aime autant un bon pavé de saumon qu’un gros steak saignant, de goût. La seule chose que j’envisage, c’est de devenir entièrement flexi-végétarienne, à savoir faire comme pour la viande et ne plus en acheter mais en manger à l’occasion au restaurant, en société. J’en suis là, on verra comment j’avance. Je suis pas prête, encore, ALORS LEAVE ME ALONE OKAY ?!

Bon ce midi, c’était moins la discorde : steak de tofu aubergine-parmesan et salade-champi \o/

IMG_20130906_183218

Avec du melon à côté, parce que le melon c’est la vie. L’automne a beau vouloir pointer son nez à chaque instant, je dis oui aux fruits d’été (je sais, je suis une rebelle).

Le reste se passe bien. La semaine s’est déroulée sans encombres, malgré la faim qui me tenaille une grande partie du temps. Je commence à retrouver mes repères et à en découvrir d’autres (si, rapport au compte des calories, souviens-toi). Du coup mon moral va bien, d’autant que j’ai fait plein de sport cette semaine (heureusement, sinon je m’affamerais encore plus parce que j’aurais droit à moins de calories, t’sais)(j’ai dit hein, que c’était temporaire, le coup des calories). Même si j’ai perdu ma gourde de yoga à la salle de sport et que ça me rend toute triste.

En même temps lundi c’est le premier bilan hebdo, JE ME FAIS UN PEU DESSUS. Même si je suis ma seule juge, tu sais. Surtout parce que je suis ma seule juge, en fait.

Carnet de Bord, Régime

J’ai toujours mes raisons, en fait

Je suis un tantinet changeante, voici la raison principale. Mais j’ai pas abandonné, hein ! Tout ça, c’était pas du flan (trop calorique) (ahah).

Non, mais dans les derniers mois, c’était pas facile facile, un peu genre, bon :

fuck everything guy

Et puis, les choses se règlent petit à petit (globalement, je change de travail), et même si c’était pas une excuse, ben je me suis désorganisée pendant ce laps de temps, incapable de tout gérer.

Mais maintenant, je suis d’humeur à avancer, et tout :

i can do anyhting i want eagle gif

Genre, ce midi, j’ai mangé ça :

Image

Et aussi ça, après :

Image

Et c’était drôlement bon. Pour information, je ne mange quasiment plus de viande. J’en avais déjà parlé ici, et ça évolue dans le même sens depuis. Je ne suis pas prête à éliminer les oeufs et le poisson, mais la viande, si. Le problème étant principalement le syndrome du chez-les-autres : difficile d’expliquer à tout le monde ce cheminement qui me pousse à ne plus manger de viande, d’autant que je suis entourée de bons carnassiers pour la plupart. Je n’en achète plus personnellement (à une exception près : le jambon sec – j’y arrive vraiment pas), mais je ne peux pas forcer les gens à préparer du sans-viande pour moi… Je ne sais pas trop comment cela va se passer à l’avenir.

teheihura perplexe

En attendant, je me remets sur les rails et après 10 jours de vacances dans la famille carnivore, je ne me pèse pas : j’attends lundi d’avoir repris mes bonnes habitudes, histoire de ne pas plomber mon moral pour rien.

(J’vous en veux pas si vous êtes parti(e)s, hein. Mais la vie c’est pas vraiment une boîte de chocolats, des fois y a des vieux bouts de caillou, aussi).

Carnet de Bord, Régime

Végétarienne, moi ?

Impossible.

Je dis ça parce que j’aime trop la merguez qui s’échappe du barbecue l’été, quand le soleil brille et que les tongs vous grattouillent l’intérieur des orteils. Ou encore un bon Big Mac qui va bien, avec une frite à grignoter tout juste sortie du sac en papier. Ou une grosse raclette des familles, qui réchauffe, qui ravive les convives ET PUIS Y A DU FROMAGE.

Mais je ne peux pas nier deux évidences : je digère de plus en plus mal la viande, et je suis de plus en plus sensible aux dérives de sa production.

Pour le premier point, il n’y a pas à tournicoter autour du pot de terrine : la viande un peu lourde, un peu grasse,  pèse sur mon estomac des heures durant. Rien de très agréable : je suis prête à renoncer à une tranche de rôti si ça peut m’éviter une après-midi ou une nuit de gargouillis (glamour/pas glamour). Et ça va en s’empirant, donc, j’évite quand je peux l’éviter.

Pour la seconde raison… Je suis en train d’évoluer dans ce sens. J’estime que je ne suis pas encore suffisamment renseignée sur le sujet pour d’une part, devenir végétarienne à part entière, et d’autre part, comme je l’ai dit au début, je ne suis pas prête à renoncer à ce que j’aime vraiment et ce qui me fait plaisir. Mais j’avance dans cette direction, je ne sais pas encore où je me place, il faut pour cela que je m’intéresse de plus près à toutes les choses qui entourent le végétarisme. Si vous avez un livre et/ou un docu à me conseiller, je suis preneuse !

Tout ça pour dire que naturellement il y aura de moins en moins de viande sur ce blog, et que s’il y en a, ce sera bio. Par contre, pas question d’éliminer le poisson. D’ailleurs il est ce soir question de saumon !

Je me suis régalée
Je me suis régalée

Une simple salade de mâche/chèvre/saumon fumé avec une galette de céréales quinoa-boulghour-tomate. Sans tomber dans le cliché je-mange-pas-de-viande-appelle-moi-sojasun-et-viens-gambader-dans-les-coquelicots-avec-moi, ce genre de trucs est vraiment délicieux. Ca n’a rien à voir avec la viande, mais qu’est-ce que c’est bon ! Du pain (superflu parce que j’avais déjà suffisamment de céréales, mais j’en avais envie, hem). Et une tisane, et je suis déjà à moitié en train de ronfler.

Carnet de Bord, Régime

Post du lundi, champi !

Même pas peur : je publie mon post pendant Top Chef. Chuis une gueudin.

Je vous préviens tout de suite, rien de glamour ne vous attend dans ce post.

Pas de pâtisserie revisitée avec l’élégance d’un Hermé, pas de boeuf bourguignon déstructuré-restructuré façon Lignac. Non, une gamelle-du-midi-parce-quil-faut-bien-manger-derrière-son-écran :

LA GAMELLE [insérer ici musique d'horreur]
LA GAMELLE [insérer ici musique d’horreur]
En vrai c’était drôlement bon ! Du boulghour, des champignons poêlés vite faits, un steak de soja (je les adore), un yahourt et deux bidules au chocolat. J’avoue que ça m’a bien calée, c’était copieux et la touche sucrée de fin de repas évite toute frustration (surtout quand elle est suivie par 2 cafés).

Une longue après-midi de travail plus tard, me voici clopin clopant, affrontant la pluie accumulée entre les pavés de mon impasse sur mes chaussures en faux daim (qui prennent l’eau). Un bon dîner s’impose !

Tartines de houmous et salade chèvre/champis, du classique mais de l’efficace !

Par le pouvoir du champi !
Par le pouvoir du champi !

Comme ça, même pas faim en me calant devant Top Chef. J’aime ces journées ou aucun écart, aucun doute ne vient troubler mes espoirs.

Quand la nourriture n’est qu’une composante de ma journée, pas un objectif ou un stress.