Carnet de Bord

De nouvelles perspectives

Ca commence à faire un bail que je ne suis pas revenue ici. Comme on peut l’imaginer, j’ai changé, plein de choses se sont passées dans ma vie et je n’ai plus les mêmes préoccupations. Mais ce que vous devez savoir pour continuer c’est que même si je ne suis plus boulimique (yay !), vivre avec quelqu’un, CA FAIT GROSSIR.

Non, je fais pas de généralités, m’enfin là c’est clairement mon cas (à tel point que je n’ose même pas me peser C’EST DRAMATIQUE).

Je n’ai donc plus de problème avec la bouffe, mais il faut que je mange mieux, et moins. Me voilà dans un régime aussi classique que possible donc, avec ouh là, plein de kilos à perdre. Du sport, de la cuisine, des tas de trucs avec des hashtags chiants genre #healthy et #fit. (cf le compte instagram à droite, là).

On va se pencher sérieusement là-dessus. Vous me suivez ?

J’avais pas de visuel adéquat du coup j’ai collé une photo de mon buffet, vous m’en voulez pas ? La prochaine fois ce sera sûrement des chats.

Publicités
Carnet de Bord, Défi, Mon parcours, Sport

La tradition a la peau dure : bilan et perspectives

Allez, passons sur les banalités forcées et un peu pénibles : heureuse année 2014, qu’elle soit remplie de tout ce qui vous fera plaisir.

Soyez fabuleux en 2014
Soyez fabuleux en 2014

J’ai fêté le réveillon en pyjama et chaussons devant la télé, et le premier de l’an en brunchant devant un concert de Jazz dans un club chouette du quartier. C’était drôlement bien. 

Maintenant, place au truc que j’aime à peu près le plus au monde : un bilan de l’année passée !

Par désordre d’importance :

– J’ai complètement et consciemment dit adieu à la boulimie. Et, ah ah, c’est quelque chose. Le sommet de l’année (et probablement des 10 dernières aussi, si je suis très honnête). Et j’ai aussi presque complètement arrêté la viande. Je ne m’en porte que bien mieux, croyez-moi.

– J’ai vu de mes yeux Stephen King. Je l’ai écouté parler, je l’ai écouté lire les deux premières pages de Doctor Sleep. Je l’ai vu, il se tenait à quelques mètres de moi. Clairement le plus beau moment de ma vie de lectrice, j’ai pleuré plusieurs fois pendant sa conférence. Il m’a tellement apporté, aidée à devenir l’adulte que je suis aujourd’hui, que je ne peux que m’incliner sous le poids du respect que j’ai pour ce brillant esprit.

– J’ai changé de travail. Je m’y sens drôlement bien (malgré un type glauque qui me drague lourdement), et je m’y vois bien pendant les quelques prochaines années, après ce premier job qui m’a épuisée et ôté toute confiance en mes compétences. Un travail qui me garantit autonomie, créativité et … tout le temps nécessaire pour faire du sport.

– J’ai fait beaucoup de sport. Beaucoup, c’est sans doute relatif, mais c’est comme ça que je vois l’année passée. J’ai tiré profit de mon abonnement à la salle de sport (depuis septembre 2012) en y allant régulièrement (jusqu’à 4 fois par semaine dans les bonnes périodes). J’ai couru assez sérieusement, envisageant des plans d’entraînement, un peu en dilettante (spoiler : pour l’instant !). Je trimbale quand même toujours près de 100 kgs sur mes 164 cm, alors je ne mets pas trop de pression sur mes articulations. Mais bon sang, je suis déjà sacrément moins flasque !

– Mes relations familiales se sont ‘encore’ dégradées. La différence c’est que j’ai accepté le fait qu’on ne choisissait pas sa famille, donc je me prête aux obligations et rentre à Paris avec bonheur à chaque fois. J’ai accepté le fait que je suis une snobinarde aux yeux de mes « proches ». Je vis à Paris, j’aime ça, j’aime le luxe et la qualité, je lis le journal, je lis tout court, je suis allée à l’Opéra avec joie, je fuis les instincts beaufs que me donnent mes origines familiales et tout ce qui s’y rattache. Mais maintenant, j’assume tout ça, et ça fait du bien.

– Je n’ai quasiment pas écrit (de fiction, s’entend). Impossible d’écrire plus de quelques centaines de mots d’affilée, et rarement. Beaucoup de frustration sort de tout ça.

Je ne saurais dire si 2013 a été bonne ou non, instinctivement j’aurais tendance à dire que je suis ravie de l’arrivée de 2014. Peut-être parce que j’ai passé plusieurs caps et que j’ai envie de les mettre en pratique sous un jour nouveau (ça ne veut pas dire grand chose, mais je suis sûre qu’on se comprend).

En 2014, j’ai des perspectives et des espoirs :

– Faire mes preuves dans mon nouveau travail. J’attends toujours reconnaissance et évolution, dans tout ce que je fais.

– Je vais courir, encore plus, encore plus longtemps, encore plus souvent. Mes jambes me démangent, j’ai parfois quelques soucis de motivation (comme tout le monde HEIN, j’ai envie de dire). Mais là… j’ai envie de me mettre au défi dans tous les sens, niveau sport. Donc je vais tâcher de me renforcer à fond les ballons sur le plan cardio, et je laisse le gainage pour quand j’aurai perdu plus de poids.

– Nous y voilà. Après les progrès que j’ai fait sur le plan de la bouffe, ben… Y a plus qu’à. Je n’ai plus d' »excuse ». Je sens très, très bien 2014 à ce niveau. Si seulement le fromager du quartier n’était pas si choupi… Dans tous les cas, je laisse la boulimie derrière moi. Et je regarde vers l’avant (alerte cucul, alerte cucul !)

– Je dois écrire. J’ai une demi-centaine d’idées notées un peu partout, non exploitées, non développées. Ca me frustre. Il faut que je comprenne pourquoi je n’ai pas écrit « sérieusement » depuis quelques années (!!!) et que je surmonte ce blocage étrange.

– Je dois absolument gérer mon budget. Je m’en sors bien mais je vogue un peu à vue. Maintenant que j’ai un travail qui me permet d’épargner, c’est le moment d’organiser tout ça (et de commencer à prévoir l’avenir).

– Je voyage ! Un week-end à Londres déjà programmé en Mars, et à 95% un voyage en Ecosse en août. Peut-être Rome en fin d’année.

– Je prends soin de moi. QUOI, JE L’AI BIEN MERITE ! J’ai pris la carte fidélité du spa en bas de chez moi, je prévois de m’y faire chouchouter bien comme il faut.

– Je vais bloguer plus souvent. Nan, mais si. Il faut. J’me sens bien, ici, chaque fois que j’y reviens.

Et toi, tu vas faire quoi, en 2014 ?

Vers l'infini et au-delà !
Vers l’infini et au-delà !

La bisette sur tes deux fesses !

Carnet de Bord, Edito, Mon parcours

High five, baby !

Non mais un post par mois c’est bien aussi, hein. Arrête, je sais que tu me juges et j’aime pas trop ça ! Cesse.

Je ne suis pas là pour te raconter comment j’ai vécu la plus belle journée de ma vie samedi (ou à peu de journées près, au moins) quand j’ai rencontré Stephen King (mon héros, mon idole, mon inspiration, tout ça) au Grand Rex. C’était tout merveilleux. Mieux que ça. J’ai passé la journée à attendre, pour me retrouver dans un merveilleux sixième rang, à quelques mètres du King. M’enfin vraiment, ça méritera un post à part entière et quelques couinements bien placés.

Non, je suis là pour te dire un petit peu où j’en suis, si ça t’intéresse ! Parce que figure-toi que oh, j’ai perdu 6 kilos depuis septembre ! C’est pas joli ? SI, C’EST JOLI ! 

gandalf_to_the_music

D’autant plus que suite à une grande fatigue venue d’on ne sait où + à des week-ends tout à fait chargés , je n’ai pas fait de sport en deux semaines. C’est pas mal ? SI, C’EST MAL ! 

deal-with-it2

Non mais alors la vraie info, vraie de vraie, c’est que j’ai réalisé ces derniers temps les progrès que j’avais fait. Je n’y avais que trop réfléchi, sans réaliser pleinement tout ce que ces dernières années d’efforts colossaux et d’espoirs retrouvés avaient donné.

Disons cela simplement :

Je ne suis plus malade.

Je ne suis plus boulimique. 

HIGH FIVE !

Colbert-High-Five

Je n’ai plus fait de grosse crise depuis bientôt 3 ans. Je n’ai fait qu’une crisette en 2013, j’en avais parlé ici (une sombre histoire de fromage !). Rien de fou, rien que je n’aie très vite surmonté sur tous les plans. Rien qui ne menace ma nouvelle relation avec la nourriture. Elle et moi on a trouvé notre équilibre, je crois que c’est bien parti pour durer… Mais ne lui dites pas où je vais rougir, on s’apprivoise encore !

Il y a 3 ans, je pesais 114 kilos. Je ne savais pas où j’allais, je ne savais pas si j’allais sortir de la boulimie, je ne savais pas si tout cela allait s’arrêter.

Aujourd’hui j’en pèse 97. Je ne fais plus de crise. Je parle de la boulimie au passé. Je parle de la boulimie tout court. Je m’habitue tout juste à ma nouvelle vie. Je perds du poids lentement mais facilement et durablement. D’ici un an, je suis un canon (même pas flasque, avec mes folles virées à la salle de sport et mes courses d’amour). Aujourd’hui je cours relativement facilement (et rapidement pour quelqu’un de ma corpulence). Aujourd’hui je me sens de mieux en mieux dans mes chaussettes. Aujourd’hui, je drague.

Aujourd’hui je crois que mon avenir est tout joli.

Mes seules addictions ? Le café et les bouquins (et les séries, mais c’est moins joli).

La bouffe et moi, on a fait la paix. 

Carnet de Bord, Défi, Opération Mordor, Régime, Sport

On s’accommode bien des espoirs

Bon alors, j’ai perdu 4 kilos, youpi tralala (ouais, les 2 chiffres m’avaient pas vue depuis quelques mois, ils ont été ravis de me retrouver).

J’ai commencé mon nouveau job : ET C’EST CHOUETTE. Je vous passe les détails du job (QUI SONT CHOUETTES), mais je peux vous parler de…. la cantine ! Ouais, la cantine, c’est juste trop coolasse bananasse.

happy squaresponge bob

– Déjà, y a du poisson tous les jours. Qu’il soit vapeur ou cuisiné ou fumé ou que sais-je, y en a tous les jours à prix raisonnable. Et c’est plutôt bon. J’ai évité la viande depuis le 1er octobre, sans aucun effort. Pour éviter le poisson, on verra ça dans un second temps hein. Dur.

– Y a plein de stands avec des choix différents : l’autre jour, c’était salade composée avec du chèvre et un truc à la carte, avec le type qui préparait la salade juste pour vous (merveilleux).

– Y a souvent de la pizza proposée, ou des galettes de sarrasin, enfin des trucs élaborés. Je me suis régalée d’un risotto cette semaine, par exemple. En revanche je délaisse ce stand, j’aime pas trop quand je sais pas ce qu’il y a exactement dans mon assiette. Déformation du comptage de calories, probablement.

– Y a un bar à crudités et un bar à fruits frais. Le bar à fruits frais c’est mon repère. Y a de la pastèque, de l’ananas, de la banane, du kiwi, etc. le tout fraîchement coupé. Y a un bar à fruits frais à la cantine, je sais pas si vous réalisez.

– Y a tout un rayon de yahourts et de compotes de toutes sortes, bio ou non.

– La petite bouteille de San Pellegrino c’est ma petite folie, j’en prends une de temps en temps.

– Y a pleeeein de légumes vapeur (ou pas vapeur). Et c’est plutôt pas mauvais,

– Le gérant de la cantine ressemble à Matthew Bellamy. Je pense le demander en mariage sous peu.

Seul hic : ils proposent souvent des épinards. Et moi les épinards, ARGH. Et des navets, et des salsifis. DES SALSIFIS. Qui mange des salsifis ?

disgusted girls

Bon, et donc, je vous parlais poétiquement de mes espoirs, dans le titre. En fait, pas de semi-marathon à court ou moyen terme. J’ai fait le tour des forums de course et c’est apparemment pas de ça dont j’ai besoin, mais d’ENDURANCE FONDAMENTALE. En gros, pour courir vite, il faut que je coure d’abord TRES LENTEMENT mais longtemps. Pendant quelques semaines, je fais deux à trois séances d’endurance fondamentale par semaine, et ça va augmenter toutes mes capacités (surtout cardio-respiratoires en fait), et du coup ça me permettra de progresser par la suite.

J’ai déjà bien progressé hein, dimanche dernier j’ai couru 8 km en 1h (sans m’arrêter, même pour dire bonjour aux coins-coins du parc). Sachant qu’il y a genre 2 ou 3 ans, je courais à 5,5 km/h. Mais du coup en endurance, je reviens à cette vitesse, et LA FRUSTRATION, voyez. M’enfin, c’est pour la bonne cause (je me garde le footing du dimanche pour m’éclater un peu quand même) (je m’en voudrais de faire manquer leur show hebdomadaire aux coins-coins).

Du coup je me suis fixée un nouvel objectif, peut-être plus proche de ce que je peux faire en 2014 : courir 10km en moins d’une heure. Et d’ici là j’aurai probablement perdu quelques tailles.

En ce moment la bouffe ça va plutôt pas mal. Le temps des soupes est revenu, le temps des salades n’est pas encore tout à fait parti donc ça se passe bien. Pas de frustration, la bouffe du midi passe vraiment bien, et je me sens bien dans mes calories (c’est beau, ce que je dis).

super duper emma stone

 

(ouais, j’ai pas de photos de bouffe pour vous, alors je compense avec des gifs)(C’EST COMME CA).

Bilan Hebdo, Carnet de Bord, Découvertes, Régime, Sport

Bilan des trois semaines et haricot magique

Le fameux, celui que personne ne fait. Enfin, vous n’êtes pas à l’abri du bilan mensuel la semaine prochain, hein !

Bon, j’ai perdu 2 kilos. Ce qui est toujours bien (ça fait toujours ça de moins à porter pour mes genoux) mais un peu moins que ce que j’espérais. Cela dit, avec le sport que je fais (et l’eau que je bois, beaucoup plus qu’avant) je me dis que cela peut jouer. Et je prends mes mesures aussi chaque semaine, ça semble aller dans le bon sens (mais il est trop tôt pour se faire une idée).

Et techniquement, ça se passe comment ? Je suis comme je vous l’avais dit, à un objectif de 1200 kcal par jour, ce qui est peu, mais ça passe pour perdre du poids (j’ai quand même 40 kilos à perdre, ça va pas se faire en me promenant dans les champs de coquelicots). Et j’utilise donc un compteur de calories, qui m’aide vraiment beaucoup à me repérer dans ce que j’absorbe. Alors ouais, je perds un peu la spontanéité et le plaisir de manger ce que je veux sans trop y penser, en même temps c’est encore une fois temporaire et c’est utile. Si j’ai une très bonne idée de ce que doit être l’équilibre alimentaire, mon point faible reste vraiment les portions, donc peser n’est pas du luxe !

A côté, je fais beaucoup de sport, ce qui permet quand même de réguler légèrement l’apport calorique (j’ai brûlé en théorie 850 kcal jeudi, n’absorber que 1200 kcal serait un non-sens). Lundi, mardi, jeudi et vendredi, je fais un mix de cardio (je cours régulièrement 5km, youpi !) et de musculation. Je déteste mes bras, ils sont flasques et moches = musculation.

On est pas la pour se détendre la quiche, j’ai envie de dire.

working-out

L’idée est de trouver un équilibre entre temps libre et temps passé à faire du sport : j’ai d’autres choses à faire et je ne peux pas me consacrer entièrement au sport. Ecrire, lire, et sortir un peu (et regarder des séries, J’AVOUE), passer des heures sur pinterest et tumblr (OUAIS AUSSI), c’est important aussi pour moi. Heureusement mon futur travail va me laisser plus de temps libre et je pense pouvoir équilibrer le tout !

En attendant, je ne mange toujours pas de viande et je le vis bien. Je garde du fromage sagement dans mon frigidaire et il tient la semaine, easy. Et je teste des trucs. Aujourd’hui : les haricots azuki ! J’aime bien les légumes secs et en plus ça me fait un apport en protéines qui compense un peu ce que je rate en laissant la viande de côté. Et dans les cavernes d’Ali Baba que sont les magasins bio près de chez moi, y en a plein de différents, dont les haricots azuki. Bon, je les ai fait tremper hier pour les faire en salade ce midi, malgré tout, ils ont cuit pendant plus d’une heure quand même. Donc je pense qu’il faudrait les faire tremper plus de 6h, pour réduire le temps de cuisson.

IMG_20130922_135643

Du coup, salade ! Avec de la tomate, une figue, un champignon, un oeuf dur, un oignon rouge : BONJOUR L’ORIGINALITE me direz-vous. Ouais, bah c’est pas sympa.

Sinon et en vrac :

Je suis allée à l’Opéra pour la première fois la semaine dernière. C’était La flûte enchantée (sacré Wolfgang), en plein air au château des Invalides, à Paris. Et malgré la pluie, le froid, la chute de la Soprano (qui après a chanté pieds nus), les connards du premier rang qui ont sorti leur parapluie, le cul mouillé par les flaques de pluie stagnant sur les sièges, c’était MAGIQUE. Je savais déjà que j’étais sensible à l’art lyrique après avoir dîné au Bel Canto (oui, quoi ?) et après avoir écouté environ un demi-million de fois le Nessun Dorma chanté par Pavarotti, ben là c’est confirmé. J’ai un peu pleuré pendant l’air de la reine de la nuit, j’ai frissonné à peu près tout le temps. Vivement le Palais Garnier, l’Opera Bastille ou mieux, la Scala de Milan (oui, quoi encore ? J’ai le droit de rêver).

C'était FIFOU
C’était FIFOU

– Je sais qu’on dit plus fifou depuis 1991, moi je le dis à peu près toutes les dix secondes. C’est mal.

Je vais voir Stephen King le 16 novembre au Grand Rex pour la présentation de Doctor Sleep, la suite de Shining. Vous le savez peut-être pas, mais Stephen King est mon idole absolue. J’ai lu Shining quand j’avais 18 ans, je me suis pas arrêtée depuis (en en gardant sous le coude justement pour ne jamais être à court d’inédit à lire).

Je suis devenue adulte en lisant Misery, Marche ou crève, Le fléau, Dolores Claiborne. Et Danse Macabre, et Différentes Saisons (Shawshank Redemption, l’une des meilleures nouvelles du Monde entier), et Simetierre, et Cujo et bien d’autres encore. A chaque livre je grandis, j’apprends, je développe ma capacité à réfléchir, mon esprit critique. A chaque livre je l’admire un peu plus. A certains livres j’ai frissonné de trouille sous ma couverture (lisez Shining, sans dèc’).

Il vient en France POUR LA PREMIERE FOIS le 16 novembre. J’ai pleuré un peu en récupérant mes places. Je vais le voir en vrai. Mon écrivain préféré, mon héros est une légende vivante, et je vais le voir en vrai. J’assume tellement d’être une groupie totale.

J’ai une table. Une vraie table, une table de bar où je peux m’asseoir et prendre mes repas et mon café. Installer mon ordinateur et ma cafetière. Un livre et ma cafetière. Un carnet et ma cafetière. (Sauras-tu retrouver l’élément commun, Sherlock ?). Il aura suffi de 15 jours entre l’escapade à Ikea, le pied manquant, les échanges avec le SAV, les lenteurs de la poste pour que je puisse en profiter. Mais ça valait le coup. Et croyez-moi, avoir une table qui prend pas toute la place mais qui est suffisamment grande pour travailler, dans 20m2, j’en suis pas peu fière.

 

La vache, je t’en ai fait une tartine aujourd’hui ! (Si t’as lu jusqu’ici, vas donc grignoter un carré de chocolat, tu l’as bien mérité). (Ou un morceau de comté, ça marche encore mieux). (Le fromage, c’est la vie).

Non, mais faut avouer que cette histoire de table était parfaitement indispensable aussi, ne soyons pas chiches sur les détails.

 

 

Carnet de Bord, Régime

Le pavé de la discorde

Bon bon bon, au menu d’hier soir : pavé de saumon, figue et citron !

Et c’était délicieux. Je suis fan des figues, je ne sais pas pourquoi je n’en mange pas plus… C’est la saison, le moment d’y remédier !

Avant :

IMG_20130905_213936

Après :

IMG_20130905_214131

Et du coup tout avait pris une jolie couleur rose… Je me suis régalée, avec un peu de riz, c’était parfait.

Bon alors du coup, ça pose question. Si tu suis (‘tention, je vous ai à l’oeil), tu sais que je n’achète plus de viande (même le jambon sec… j’ai passé le cap). J’en mange parfois au resto, et quasiment tout le temps dans ma famille (= carnivores extrémistes). Famille qui n’a aucune idée de ce changement, donc bref. La viande, je m’en passe plus facilement que prévu (même si j’ai du mal à lâcher la volaille), toutefois je ne suis (pour l’instant ?) pas végétarienne stricte, donc c’est un peu facile de dire ça. On verra à l’avenir.

Par contre, je continue de manger du poisson et des fruits de mer. Je sais pertinemment que ce sont des animaux ( bah ouais, j’ai un bac + 5 en biologie, c’est un peu impressionnant, je sais), mais je n’envisage pas pour l’instant d’abandonner les sushis et le saumon globalement, en fait. C’est simple, je n’arrive pas à l’envisager. Je ne sais pas trop pourquoi, parce que j’aime autant un bon pavé de saumon qu’un gros steak saignant, de goût. La seule chose que j’envisage, c’est de devenir entièrement flexi-végétarienne, à savoir faire comme pour la viande et ne plus en acheter mais en manger à l’occasion au restaurant, en société. J’en suis là, on verra comment j’avance. Je suis pas prête, encore, ALORS LEAVE ME ALONE OKAY ?!

Bon ce midi, c’était moins la discorde : steak de tofu aubergine-parmesan et salade-champi \o/

IMG_20130906_183218

Avec du melon à côté, parce que le melon c’est la vie. L’automne a beau vouloir pointer son nez à chaque instant, je dis oui aux fruits d’été (je sais, je suis une rebelle).

Le reste se passe bien. La semaine s’est déroulée sans encombres, malgré la faim qui me tenaille une grande partie du temps. Je commence à retrouver mes repères et à en découvrir d’autres (si, rapport au compte des calories, souviens-toi). Du coup mon moral va bien, d’autant que j’ai fait plein de sport cette semaine (heureusement, sinon je m’affamerais encore plus parce que j’aurais droit à moins de calories, t’sais)(j’ai dit hein, que c’était temporaire, le coup des calories). Même si j’ai perdu ma gourde de yoga à la salle de sport et que ça me rend toute triste.

En même temps lundi c’est le premier bilan hebdo, JE ME FAIS UN PEU DESSUS. Même si je suis ma seule juge, tu sais. Surtout parce que je suis ma seule juge, en fait.

Carnet de Bord, Edito, Régime, Recettes

Hue, cocotte !

Mon Dieu, ce titre est tout à fait catastrophique. Vous m’en voyez navrée. Mon dernier post était un peu atypique, si vous l’avez lu, merci pour moi et pour les autres !

Celui-là sera plus classique : je mange quoi, quand et comment en ce moment ?

En fait, depuis lundi matin (oui, je sais, le syndrome du lundi), j’ai repris les choses en main. Je vous avais dit, que ça prendrait un peu de temps ;). Pour mettre toutes les chances de mon côté, je m’appuie sur deux outils en particulier :

– un compteur de calories : je ne crois pas au comptage des calories, en réalité. Toutefois j’ai besoin de repères caloriques afin de savoir exactement quelle énergie j’ingère et quelle énergie je dépense, afin de pouvoir trouver des automatismes et voir quelle quantité me convient. Pour l’instant je me suis calée sur 1200 kcal par jour (c’est très peu), parce que j’ai besoin d’impulsion, j’ai besoin de perdre pas mal. Du coup ce compteur me permet de gérer repas par repas, aliment par aliment.

Je sais bien que c’est une solution qui ne tiendra pas le long terme, mais je compte dessus pour me « caler ». J’utilie Fitness Pal, si ça intéresse quelqu’un dans la foule en délire.

Mon nouveau carnet de bord ! 

IMG_20130904_211859

J’ai toujours eu cette manie de raconter des tas de trucs dans des tas de carnets. Y compris l’évolution de mon poids, comment je me sens, mes listes de courses, mes numéros de SAV Ikea… (foutue Bjorkudden avec 3 pieds gauches !). Celui-là, un agenda Moleskine (que j’aime d’amour depuis longtemps déjà) me servira de carnet de bord réservé à cet objectif que je caresse comme un chaton persan. Une sorte de pendant à ce blog, en quelque sorte.

En attendant, je mange, et le reste du temps… j’ai faim.

Début de semaine, je me suis fait un plat de lasagnes au légumes et mozzarella : du coup j’en ai mangé à trois repas ! Bon plan : on cuisine une fois et c’est bon pour deux jours :).

IMG_20130904_205158

Aujourd’hui, c’était jour de courses : j’avais pas le choix, hier j’ai eu une illumination. Vous savez, de celle qui ont conduit à la découverte de la poussée d’Archimède (au moins). IL ME FALLAIT UN OEUF COCOTTE. J’aime les oeufs cocotte presque autant que le fromage, c’est dire ! Du coup je suis allée acheter de quoi faire un oeuf cocotte, pardi.

Oeuf cocotte rose
Oeuf cocotte rose

Oeuf-cocotte rose 

– Dans une poêle chaude avec un peu d’huile qui fait ksss, tu jettes un oignon rose émincé.

– Tu rajoutes quelques crevettes roses cuites décortiquées

– Tu attends que ça fasse encore plus ksss

– Tu ajoutes de la crème de soja (ou de la crème normale, à ton aise). ASSAISONNES !

– Tu laisses cuire quelques secondes, le temps que la crème devienne beigeasse, et tu mets le tout dans un ramequin

– Tu mets au four au bain-marie, à 180°C (préchauffé, hein) pour une dizaine de minutes (sinon, le jaune sera trop cuit, ET TU NE VEUX PAS QUE LE JAUNE DE L’OEUF COCOTTE SOIT TROP CUIT)

Et tu dégustes ta race :

IMG_20130904_214750
Avec du pain aux noix, ANH !

Oh, et j’ai pas laissé tombé les salades, hein. Regardez donc ce que je me suis préparée ce midi, AH AH !

Frisée, radis, tomates, oignons rouges
Frisée, radis, tomates, oignons rouges

Niveau sport, j’ai fait elliptique + velo lundi, et j’ai couru hier. Demain je vais au cours de Body Balance du matin (youpi les vacances). GOOD. Oh, et demain, petit test de la semaine : je vais au resto le midi. Pour la gestion des calories, va falloir la jouer finaude !

Yeah... maybe
Yeah… maybe