Carnet de Bord, Recettes

Fils rouges

J’essaye d’avoir des fils rouges, dans ma vie en général. Si j’aime les sorties de route, j’aime mes routines d’un amour pur et inconditionnel. Je suppose que tout le monde a besoin de repères.

Dans mon cas, je me sens vite perdue et stressée si je n’ai pas mes moments de routine pour m’y retrouver (c’est un peu bizarre et on dirait que je suis zinzin, dit comme ça)(peut-être bien que je suis zinzin). Le problème c’est que j’ai déménagé récemment. Pour la bonne cause, en me rapprochant de mon travail – et de Paris donc, et j’en suis ravie, on se fait bien à ce nouveau lieu ! Mais j’ai perdu toutes mes routines, et du coup je suis PAUMEE.

wth

Le truc positif c’est que paradoxalement… J’adore me faire des nouvelles routines. Parce que J’AIME LE CHANGEMENT DE ROUTINE.

Zinzin. 

Dans tous les cas, j’essaie d’intégrer mes vieux réflexes à mes nouvelles routines. Intégrer le sport (difficile en ce moment avec mes angines et autres virus à répétition mais j’y travaille), la préparation des repas… Rendue plus facile grâce à l’arrivée de la cuisine après 1 mois d’attente et de camping à base de micro-ondes, de livraison et de salades.

Préparation d'une soupe avec les 2 commis les plus mignons du monde environ
Préparation d’une soupe avec les 2 commis les plus mignons du monde environ

Et au passage une jolie soupe que j’ai préparée la semaine passée : soupe patate douce/coco/citron vert (j’ai chipé la recette chez la merveilleuse Edda).

Soupe de fin d'hiver
Soupe de fin d’hiver

Pour 2 : 1 grosse patate douce et 1 carotte épluchées, que l’on fait cuire gentiment dans 20 cl de lait de coco et autant de bouillon qu’il faut pour recouvrir largement tout ça. Quand les légumes sont tendres, mixer et assaisonner avec du sel, du poivre et le jus d’un citron vert. Et c’est franchement très bon, la soupe réconfort-type de quand on a eu une sale journée et qu’on a besoin de douceur.

Espérons que le prochain post sera dénué de tout virus, et causera un peu de sport. La bisette !

Publicités
Carnet de Bord, Edito, Régime, Recettes

Hue, cocotte !

Mon Dieu, ce titre est tout à fait catastrophique. Vous m’en voyez navrée. Mon dernier post était un peu atypique, si vous l’avez lu, merci pour moi et pour les autres !

Celui-là sera plus classique : je mange quoi, quand et comment en ce moment ?

En fait, depuis lundi matin (oui, je sais, le syndrome du lundi), j’ai repris les choses en main. Je vous avais dit, que ça prendrait un peu de temps ;). Pour mettre toutes les chances de mon côté, je m’appuie sur deux outils en particulier :

– un compteur de calories : je ne crois pas au comptage des calories, en réalité. Toutefois j’ai besoin de repères caloriques afin de savoir exactement quelle énergie j’ingère et quelle énergie je dépense, afin de pouvoir trouver des automatismes et voir quelle quantité me convient. Pour l’instant je me suis calée sur 1200 kcal par jour (c’est très peu), parce que j’ai besoin d’impulsion, j’ai besoin de perdre pas mal. Du coup ce compteur me permet de gérer repas par repas, aliment par aliment.

Je sais bien que c’est une solution qui ne tiendra pas le long terme, mais je compte dessus pour me « caler ». J’utilie Fitness Pal, si ça intéresse quelqu’un dans la foule en délire.

Mon nouveau carnet de bord ! 

IMG_20130904_211859

J’ai toujours eu cette manie de raconter des tas de trucs dans des tas de carnets. Y compris l’évolution de mon poids, comment je me sens, mes listes de courses, mes numéros de SAV Ikea… (foutue Bjorkudden avec 3 pieds gauches !). Celui-là, un agenda Moleskine (que j’aime d’amour depuis longtemps déjà) me servira de carnet de bord réservé à cet objectif que je caresse comme un chaton persan. Une sorte de pendant à ce blog, en quelque sorte.

En attendant, je mange, et le reste du temps… j’ai faim.

Début de semaine, je me suis fait un plat de lasagnes au légumes et mozzarella : du coup j’en ai mangé à trois repas ! Bon plan : on cuisine une fois et c’est bon pour deux jours :).

IMG_20130904_205158

Aujourd’hui, c’était jour de courses : j’avais pas le choix, hier j’ai eu une illumination. Vous savez, de celle qui ont conduit à la découverte de la poussée d’Archimède (au moins). IL ME FALLAIT UN OEUF COCOTTE. J’aime les oeufs cocotte presque autant que le fromage, c’est dire ! Du coup je suis allée acheter de quoi faire un oeuf cocotte, pardi.

Oeuf cocotte rose
Oeuf cocotte rose

Oeuf-cocotte rose 

– Dans une poêle chaude avec un peu d’huile qui fait ksss, tu jettes un oignon rose émincé.

– Tu rajoutes quelques crevettes roses cuites décortiquées

– Tu attends que ça fasse encore plus ksss

– Tu ajoutes de la crème de soja (ou de la crème normale, à ton aise). ASSAISONNES !

– Tu laisses cuire quelques secondes, le temps que la crème devienne beigeasse, et tu mets le tout dans un ramequin

– Tu mets au four au bain-marie, à 180°C (préchauffé, hein) pour une dizaine de minutes (sinon, le jaune sera trop cuit, ET TU NE VEUX PAS QUE LE JAUNE DE L’OEUF COCOTTE SOIT TROP CUIT)

Et tu dégustes ta race :

IMG_20130904_214750
Avec du pain aux noix, ANH !

Oh, et j’ai pas laissé tombé les salades, hein. Regardez donc ce que je me suis préparée ce midi, AH AH !

Frisée, radis, tomates, oignons rouges
Frisée, radis, tomates, oignons rouges

Niveau sport, j’ai fait elliptique + velo lundi, et j’ai couru hier. Demain je vais au cours de Body Balance du matin (youpi les vacances). GOOD. Oh, et demain, petit test de la semaine : je vais au resto le midi. Pour la gestion des calories, va falloir la jouer finaude !

Yeah... maybe
Yeah… maybe
Carnet de Bord, Régime, Recettes

Retour en cuisine

Voyez-vous, je vis dans un studio (oui, les loyers parisiens, tout ça). Du coup, la cuisine dans un si petit espace et sans plan de travail, c’est une discipline olympique (ou du moins ça devrait l’être, parce que c’est du sport !). Et même si j’aime beaucoup faire la cuisine, j’avoue être régulièrement découragée.

Je devrais avoir un plan de travail dans les mois qui viennent (acheter une table haute, oh oui !), mais d’ici là, je fais ce qui est à ma portée : j’utilise le coin de l’évier pour poser ma planche en équilibre, et j’y fais tout ! Ce midi, je me suis fait une poêlée de lentilles corail :

Image
Poêlée de lentilles corail, poivron rouge, carotte

Voilà. J’adore les lentilles corail, elle sont plus faciles à cuisiner et à accommoder que les vertes (même si je les aime aussi). Et je n’aime pas trop les cuisiner simplement à l’eau bouillante, je trouve qu’elle perdent un peu tout (couleur, texture). Du coup j’ai tenté la poêlée :

– Un oignon « transparentisé » dans l’huile d’olive avec une gousse d’ail

– Un verre moyen (j’ai pas mieux comme mesure, là) de lentilles corail avec autant d’eau froide

– Ca fait glouglou, pendant quelques minutes (rajoute de l’eau si ça fait pschhhh au lieu de glou)

– Pendant de temps-là, coupe des légumes à ta guise (moi j’aime les poivrons et les carottes)

– Rajoute-les au mélange quand bon te semble : je les ajoute assez tard, parce que j’aime les poêlées croquantes, mais n’attends pas que les lentilles soient cuites ou sinon tes légumes ne le seront pas assez et les lentilles trop.

– Rajoute du goût : j’aime bien la sauce pimentée au jalapeño, le poivre, le sel évidemment. J’ai mis aussi un peu de basilic, mais je suis un peu droguée, j’en mets partout.

– Touille

– Touille

– Sers !

Et franchement, c’est bon et… copieux ! J’ai terminé mon assiette et n’ai pas réclamé de dessert à mon frigo. 

Sur le plan du régime, je fais le point sur ce dont je vais avoir besoin pour pouvoir continuer correctement, sur quels outils je vais pouvoir m’appuyer pour tenir le coup… Je vous en parle plus tard !

En attendant… C’est bon d’être de retour ici.

chandler joey hugging

Carnet de Bord, Régime, Recettes, Sport

J’aime la galette, savez-vous comment ?

Quand elle est bien faite, avec des brocolis dedans !

J’ai testé un truc, ce soir : les galettes de brocolis.

Galettes de brocolis, et salade (ben oui)
Galettes de brocolis, et salade (ben oui)

C’est pas très joli, mais c’est drôlement bon ! J’adore le goût des brocolis cuits (et crus aussi, d’ailleurs), et inséré dans les galettes comme ça, c’est nourrissant et pas trop lourd.

Comment tu fais ?

Tu bats un oeuf
Tu ajoutes 3 CS de farine
Tu fais bouillir les brocolis (une demi-tête à peu près) dans l’eau quelques minutes, histoire de l’attendrir (non, faire les yeux du chat potté ne suffit pas pour attendrir les brocolis)(ahahah, je suis SI drôle).
Tu coupes une gousse d’ail en petits bouts
Tu mélanges le tout (en éminçant au max les brocolis, pour une pâte quand même homogène).
Sel, poivre
Tu fais chauffer de l’huile bien fort dans une poêle
Tu mets une cuillère de pâte pour une galette dans l’huile bien chaude
Tu laisses cuire pendant quelques minutes, en retournant une ou deux fois, pour laisser brunir
Tu déposes sur du papier absorbant (ben oui, l’huile, c’est gras !)
Tu dégustes !

J’ai bien entendu accompagné ce repas d’une salade de pousses d’épinards, avec tomates cerises et noix de pécan. Je ne peux pas m’en empêcher, erf.

Et sinon, mon yoga s’est bien passé, merci. Moins difficile que la semaine dernière, naturellement, puisque chaque séance bénéficie de la précédente, mais j’ai quand même bien mal partout. Je ne peux présentement pas me lever de mon canapé, je vais donc rester un peu ici pour vous raconter mes deux terribles excès de la semaine !

CAR OUI. Vous me pensez sans doute parfaite et sans défaut, pourtant je vais vous décevoir (je pouffe en écrivant, comme une bécasse).
Dimanche après-midi, il faisait beau, terrasse, jus de fruits bien frais.Et TROIS GROSSES CRÊPES AU NUTELLA. Avec un perrier rondelle, j’aime bien la contradiction.
Et puis hier matin, petit-déjeuner presqu’improvisé entre collègues, et hop, le drame. UN CROISSANT.

Du coup j’me suis cassé les jambes sur le tapis de course et le vélo elliptique hier soir.

En vrai, je plaisante, hein, ce ne sont pas des vrais excès ! Ca m’a fait du bien, ça n’a bien entendu pas eu de conséquence, perdu au milieu d’une alimentation bien comme il faut. Garder le sourire !

*Oh, et dites, je sais pas si vous avez remarqué, mais j’ai ajouté une section « carnet de recettes » en haut à gauche. Parce que ça peut être utile des fois, quand on sait pas quoi faire.*

Carnet de Bord, Régime, Recettes

Chi va pizza va sano

E chi va sano va lontano.

BEN OUI, PARDI ! La pizza, l’un des grands souvenirs qu’il me reste de mes semaines à Rome (c’est cliché, mais c’est ainsi). J’ai depuis beaucoup de mal à manger les pizzas dites « américaines », où on colle un demi-million d’ingrédients qui ne vont pas ensemble sur une pâte sans goût, et paf, engloutis donc ça sans demander ton reste.

Non, dans les pizzas italiennes, il y a une pâte à tomber (tant et si bien qu’on la mange quasi nature, la pizza bianca, et sa variante avec simplement de la tomate, la pizza rossa, que je désespère de trouver un jour à Paris, d’ailleurs), deux, trois ingrédients (mais BONS) et hop-là, au four et REGALE-TOI.

Bon, rien à voir avec ce que j’ai fait ce soir, hein : pâte toute faite, pulpe de tomates en boîte et mozzarella de vache. MAIS BON. Ma pizza Margherita maison, elle était quand même drôlement bonne !

Pizza Margherita
Pizza Margherita

Bon, donc, comment on fait ?

Tu poses ta pâte sur un truc plat qui va au four.
Tu étales la pulpe de tomate dessus, en laissant un peu de place sur les bords.
Tu rajoutes des herbes dessus (traditionnellement c’est de l’origan, me semble-t-il, moi j’ai mis du basilic).
Tu rajoutes de la roquette (parce que la roquette, c’est la vie).
Tu poses des tranches de mozzarella dessus.
Un petit filet d’huile d’olive, sel, poivre.

Tu enfournes à four chaud à 220°C, tu laisses 10/15 minutes, pas plus.

Tada !
Tada ! 

Avec de la roquette en accompagnement (rien ne va mieux avec la roquette que de la roquette).

Sinon, je viens de passer 3 jours sans faire de sport. Ce week-end sera actif ou ne sera pas ! Demain je vais tenter une séance de Yoga avec les videos disponibles sur internet. Certaines sont réputées, je vais voir si je suis capable de faire ça sans prof qui me pousse aux fesses. Mais j’ai très envie d’essayer !

Je vous raconterai de toute façon, vous n’y échapperez pas. Et maintenant, je vais grignoter une prune et regarder un épisode de « Extreme makeover : weight loss edition » (je sais… mais j’aime bien, même pas honte).

 

Carnet de Bord, Régime, Recettes

L’éventail

Non seulement mes doigts de pied y sont (en éventail) mais j’ai un éventail de choses à faire qui me fait un peu peur et qui m’enthousiasme drôlement. Je crois donc que je vais devoir réinstaurer des plannings dans ma vie perso. Je déteste cette idée parce que je fais déjà ça au boulot, mais je planifiais tout (tout !) quand j’étais à la fac et ça me réussissait pas mal, j’arrivais à faire à peu près tout ce que je voulais. Back to the to-dos !

Sinon, hier soir, j’ai fait du ktipiti ! J’adore celui que j’achète chez Monop’, et je me suis dit que c’était toujours mieux de le faire moi-même (et pas compliqué). J’ai donc mélangé du fromage blanc, du poivron coupé tout fin, du citron, de la coriandre, et hop là, c’était pas bon !

La coriandre
La coriandre

J’ai donc réalisé en faisant le ktipiti qu’en fait c’est bien la coriandre que je n’aime pas. Un drôle de goût, comme faussement frais et industriel, difficile à décrire. Je n’en ai pas mangé beaucoup, donc, parce que j’ai essayé de trier mais ah, je l’avais coupée fine, la bougresse.

Et ce midi, j’ai fait une recette sur laquelle je louche depuis quelques jours : les tomates farcies au quinoa ! J’ai toujours adoré les tomates farcies « classiques », et l’idée d’en faire des variations ne m’avait pas effleurée. Donc quand j’ai vu cette recette, j’ai sauté dessus !

Tomates farcies, quinoa et poivron
Tomates farcies, quinoa et poivron

Vraie réussite. J’ai ajouté de la sauce pimentée et des herbes de provence (je sais que ça se met pas à tout va, mais moi j’en mets à tout va, j’adore ça) et c’était bien relevé, consistant et délicieux. Je renouvellerai l’expérience !

J’ai envie de retourner courir cet après-midi mais je suis un peu courbaturée de ma séance d’hier. J’irai demain je pense. Cet après-midi ce sera un James Bond, un café, un plaid (et peut-être un peu de repassage, mais c’est trop triste et trop nul, donc je le dis pas).

Découvertes, Régime, Recettes

Le dîner qui craquait

J’ai cuisiné ! Je veux dire, pas seulement assemblé deux crudités pour faire une (certes délicieuse) salade, cuisiné ! Comme cela ne m’était pas arrivé depuis des semaines. Une petite tarte brocoli-mozzarella, que j’ai laissée légèrement trop longtemps au four… Résultat, la mozzarella a gratiné toute seule comme une grande, et ça craquait souplement sous la dent comme seul un bon fromage sait le faire…

Tarte brocoli-mozzarella (qui craque)
Tarte brocoli-mozzarella (qui craque)

Bon, pour la recette, tu prends des brocolis que tu coupe en petits morceaux et que tu jettes au fond d’une pâte brisée. Tu rajoutes quelques petits morceaux de tomates si tu aimes ça, deux oeufs et de la crème et du lait pour que ça couvre le tout. Et des tranches fines de mozzarella par-dessus tout ça. Au four à 200°C pendant 45 minutes (ben, oui, faut que ça craque).

Dessert
Dessert

Et puis si tu as une petite envie de sucré pour que ça passe, un yahourt, quelques tranches de kiwi (parce que le kiwi, c’est bon et surtout, c’est vert) et un filet de sirop d’érable sont une bonne idée. Et ensuite, un café tout droit sorti de la machine à rêves (aka ma désormais légendaire Bialetti) et un bon livre.

Et ensuite :

audrey hepburn good night gif