Carnet de Bord, Régime, Recettes

Chi va pizza va sano

E chi va sano va lontano.

BEN OUI, PARDI ! La pizza, l’un des grands souvenirs qu’il me reste de mes semaines à Rome (c’est cliché, mais c’est ainsi). J’ai depuis beaucoup de mal à manger les pizzas dites « américaines », où on colle un demi-million d’ingrédients qui ne vont pas ensemble sur une pâte sans goût, et paf, engloutis donc ça sans demander ton reste.

Non, dans les pizzas italiennes, il y a une pâte à tomber (tant et si bien qu’on la mange quasi nature, la pizza bianca, et sa variante avec simplement de la tomate, la pizza rossa, que je désespère de trouver un jour à Paris, d’ailleurs), deux, trois ingrédients (mais BONS) et hop-là, au four et REGALE-TOI.

Bon, rien à voir avec ce que j’ai fait ce soir, hein : pâte toute faite, pulpe de tomates en boîte et mozzarella de vache. MAIS BON. Ma pizza Margherita maison, elle était quand même drôlement bonne !

Pizza Margherita
Pizza Margherita

Bon, donc, comment on fait ?

Tu poses ta pâte sur un truc plat qui va au four.
Tu étales la pulpe de tomate dessus, en laissant un peu de place sur les bords.
Tu rajoutes des herbes dessus (traditionnellement c’est de l’origan, me semble-t-il, moi j’ai mis du basilic).
Tu rajoutes de la roquette (parce que la roquette, c’est la vie).
Tu poses des tranches de mozzarella dessus.
Un petit filet d’huile d’olive, sel, poivre.

Tu enfournes à four chaud à 220°C, tu laisses 10/15 minutes, pas plus.

Tada !
Tada ! 

Avec de la roquette en accompagnement (rien ne va mieux avec la roquette que de la roquette).

Sinon, je viens de passer 3 jours sans faire de sport. Ce week-end sera actif ou ne sera pas ! Demain je vais tenter une séance de Yoga avec les videos disponibles sur internet. Certaines sont réputées, je vais voir si je suis capable de faire ça sans prof qui me pousse aux fesses. Mais j’ai très envie d’essayer !

Je vous raconterai de toute façon, vous n’y échapperez pas. Et maintenant, je vais grignoter une prune et regarder un épisode de « Extreme makeover : weight loss edition » (je sais… mais j’aime bien, même pas honte).

 

Publicités
Carnet de Bord, Régime

Summer revival

Ce soir, en rentrant du sport, j’avais juste envie d’une soupe. Surtout qu’après le burger-frites de ce midi au restaurant, c’était un peu la bonne solution (ah, et la tarte aux abricots en dessert, en plus).

Et puis en fait, j’ai vu la mozzarella dans le frigo. C’est alors que l’idée d’une tomate-mozza s’est imposée. En plus de la soupe. Oh, quand même.

Ca m’émeut

Un filet d’huile d’olive, un filet de balsamique, le basilic du balcon. Une mini-pincée de gros sel de Camargue. Le bonheur de l’été, probablement la dernière de l’année.

Ah là là

Ensuite, j’ai pris une soupe en brique, j’ai coupé un coin, ça a fait glouk-glouk en coulant dans la casserole, et après, blef en coulant depuis la casserole jusque dans le bol.

Velouté poireaux-pommes de terre

Me voilà repue comme il se doit !

La tisane

 

Maintenant, c’est dodo.

« Gnoooooon »

 

Vous noterez que je parle moins de kilos, de grammes, de frustration ces derniers temps. J’essaie d’avoir une approche différente, un peu moins dure. Je continue de me peser tous les matins (je ne peux pas m’empêcher) mais je ne ferai qu’un bilan poids par semaine. Sauf en cas de gros choc, hein, je vous le dirai, quand même.