Uncategorized

Silver lining

Il y a un peu plus d’un mois, je t’ai parlé de dépression. De la mienne, en fait. Du verdict de la psy, et de ce que ça pouvait me faire.

Alors comme t’es sympa je viens te donner des news : ça va mieux ! On a plongé tête la première dans une thérapie vouée à trouver les origines de mes problèmes de confiance et d’estime, bah figures-toi que s’il y a plein de problèmes, y a surtout des caisses de raisons à tout ça. On creuse, on creuse, chaque semaine pendant une heure pénible mais nécessaire, et on échange, on parle, on comprend, on tâtonne… C’est DUR. De tout creuser, justement, des trucs que j’avais enfouis dans les tréfonds buissonnants de ma mémoire. Je pleure parfois, et je sors souvent épuisée.

Il semble par ailleurs que j’aie toujours une sorte de reliquat de boulimie. Puissance -1000 par rapport à ce que j’ai pu vivre entre mes 12 et mes 23 ans, mais un reliquat qui s’accroche, le fourbe. Mais qui s’arrangera.

Mais ce soutien, cette écoute, ces échanges par ailleurs passionnants m’ont permis de mettre un coup de pied au fond pour commencer à remonter.

On a clairement pas le cul sorti des ronces, mais très honnêtement, je ne pleure plus pour rien, j’arrive à surmonter facilement des situations qui il y a encore quelques semaines me plongeaient dans une tristesse insurmontable. J’ai des pistes, des idées, des petits clics qui me font dire que j’irai de mieux en mieux.

Publicités
Uncategorized

Les vilains mots

Parfois ils font du bien, ces vilains mots. Je te disais la dernière fois que j’avais pris la décision d’aller voir une psy. Cette dernière m’a donc informée du fait que j’étais au coeur d’un épisode de dépression.

Soit.

C’est effrayant, bien entendu, de s’entendre dire que c’est pour ça qu’on rit bien peu en ce moment, qu’on pleure beaucoup. C’est assez peu surprenant, finalement, quand elle m’a expliqué pourquoi j’en étais arrivée là. Mais assez encourageant, quand elle dit que c’est rattrapable encore sans médicaments, à ce stade.

Alors j’y vais, j’ai pas le choix de toute façon ! Beaucoup de choses à régler, à délivrer, à apprivoiser, et ce début de dépression (?) va m’y forcer. J’ai besoin d’aller mieux de toute façon, on va tout prendre petit bout par petit bout.