Carnet de Bord, Défi, Mon parcours, Sport

La tradition a la peau dure : bilan et perspectives

Allez, passons sur les banalités forcées et un peu pénibles : heureuse année 2014, qu’elle soit remplie de tout ce qui vous fera plaisir.

Soyez fabuleux en 2014
Soyez fabuleux en 2014

J’ai fêté le réveillon en pyjama et chaussons devant la télé, et le premier de l’an en brunchant devant un concert de Jazz dans un club chouette du quartier. C’était drôlement bien. 

Maintenant, place au truc que j’aime à peu près le plus au monde : un bilan de l’année passée !

Par désordre d’importance :

– J’ai complètement et consciemment dit adieu à la boulimie. Et, ah ah, c’est quelque chose. Le sommet de l’année (et probablement des 10 dernières aussi, si je suis très honnête). Et j’ai aussi presque complètement arrêté la viande. Je ne m’en porte que bien mieux, croyez-moi.

– J’ai vu de mes yeux Stephen King. Je l’ai écouté parler, je l’ai écouté lire les deux premières pages de Doctor Sleep. Je l’ai vu, il se tenait à quelques mètres de moi. Clairement le plus beau moment de ma vie de lectrice, j’ai pleuré plusieurs fois pendant sa conférence. Il m’a tellement apporté, aidée à devenir l’adulte que je suis aujourd’hui, que je ne peux que m’incliner sous le poids du respect que j’ai pour ce brillant esprit.

– J’ai changé de travail. Je m’y sens drôlement bien (malgré un type glauque qui me drague lourdement), et je m’y vois bien pendant les quelques prochaines années, après ce premier job qui m’a épuisée et ôté toute confiance en mes compétences. Un travail qui me garantit autonomie, créativité et … tout le temps nécessaire pour faire du sport.

– J’ai fait beaucoup de sport. Beaucoup, c’est sans doute relatif, mais c’est comme ça que je vois l’année passée. J’ai tiré profit de mon abonnement à la salle de sport (depuis septembre 2012) en y allant régulièrement (jusqu’à 4 fois par semaine dans les bonnes périodes). J’ai couru assez sérieusement, envisageant des plans d’entraînement, un peu en dilettante (spoiler : pour l’instant !). Je trimbale quand même toujours près de 100 kgs sur mes 164 cm, alors je ne mets pas trop de pression sur mes articulations. Mais bon sang, je suis déjà sacrément moins flasque !

– Mes relations familiales se sont ‘encore’ dégradées. La différence c’est que j’ai accepté le fait qu’on ne choisissait pas sa famille, donc je me prête aux obligations et rentre à Paris avec bonheur à chaque fois. J’ai accepté le fait que je suis une snobinarde aux yeux de mes « proches ». Je vis à Paris, j’aime ça, j’aime le luxe et la qualité, je lis le journal, je lis tout court, je suis allée à l’Opéra avec joie, je fuis les instincts beaufs que me donnent mes origines familiales et tout ce qui s’y rattache. Mais maintenant, j’assume tout ça, et ça fait du bien.

– Je n’ai quasiment pas écrit (de fiction, s’entend). Impossible d’écrire plus de quelques centaines de mots d’affilée, et rarement. Beaucoup de frustration sort de tout ça.

Je ne saurais dire si 2013 a été bonne ou non, instinctivement j’aurais tendance à dire que je suis ravie de l’arrivée de 2014. Peut-être parce que j’ai passé plusieurs caps et que j’ai envie de les mettre en pratique sous un jour nouveau (ça ne veut pas dire grand chose, mais je suis sûre qu’on se comprend).

En 2014, j’ai des perspectives et des espoirs :

– Faire mes preuves dans mon nouveau travail. J’attends toujours reconnaissance et évolution, dans tout ce que je fais.

– Je vais courir, encore plus, encore plus longtemps, encore plus souvent. Mes jambes me démangent, j’ai parfois quelques soucis de motivation (comme tout le monde HEIN, j’ai envie de dire). Mais là… j’ai envie de me mettre au défi dans tous les sens, niveau sport. Donc je vais tâcher de me renforcer à fond les ballons sur le plan cardio, et je laisse le gainage pour quand j’aurai perdu plus de poids.

– Nous y voilà. Après les progrès que j’ai fait sur le plan de la bouffe, ben… Y a plus qu’à. Je n’ai plus d' »excuse ». Je sens très, très bien 2014 à ce niveau. Si seulement le fromager du quartier n’était pas si choupi… Dans tous les cas, je laisse la boulimie derrière moi. Et je regarde vers l’avant (alerte cucul, alerte cucul !)

– Je dois écrire. J’ai une demi-centaine d’idées notées un peu partout, non exploitées, non développées. Ca me frustre. Il faut que je comprenne pourquoi je n’ai pas écrit « sérieusement » depuis quelques années (!!!) et que je surmonte ce blocage étrange.

– Je dois absolument gérer mon budget. Je m’en sors bien mais je vogue un peu à vue. Maintenant que j’ai un travail qui me permet d’épargner, c’est le moment d’organiser tout ça (et de commencer à prévoir l’avenir).

– Je voyage ! Un week-end à Londres déjà programmé en Mars, et à 95% un voyage en Ecosse en août. Peut-être Rome en fin d’année.

– Je prends soin de moi. QUOI, JE L’AI BIEN MERITE ! J’ai pris la carte fidélité du spa en bas de chez moi, je prévois de m’y faire chouchouter bien comme il faut.

– Je vais bloguer plus souvent. Nan, mais si. Il faut. J’me sens bien, ici, chaque fois que j’y reviens.

Et toi, tu vas faire quoi, en 2014 ?

Vers l'infini et au-delà !
Vers l’infini et au-delà !

La bisette sur tes deux fesses !

Publicités
Carnet de Bord, Défi, Opération Mordor, Régime, Sport

On s’accommode bien des espoirs

Bon alors, j’ai perdu 4 kilos, youpi tralala (ouais, les 2 chiffres m’avaient pas vue depuis quelques mois, ils ont été ravis de me retrouver).

J’ai commencé mon nouveau job : ET C’EST CHOUETTE. Je vous passe les détails du job (QUI SONT CHOUETTES), mais je peux vous parler de…. la cantine ! Ouais, la cantine, c’est juste trop coolasse bananasse.

happy squaresponge bob

– Déjà, y a du poisson tous les jours. Qu’il soit vapeur ou cuisiné ou fumé ou que sais-je, y en a tous les jours à prix raisonnable. Et c’est plutôt bon. J’ai évité la viande depuis le 1er octobre, sans aucun effort. Pour éviter le poisson, on verra ça dans un second temps hein. Dur.

– Y a plein de stands avec des choix différents : l’autre jour, c’était salade composée avec du chèvre et un truc à la carte, avec le type qui préparait la salade juste pour vous (merveilleux).

– Y a souvent de la pizza proposée, ou des galettes de sarrasin, enfin des trucs élaborés. Je me suis régalée d’un risotto cette semaine, par exemple. En revanche je délaisse ce stand, j’aime pas trop quand je sais pas ce qu’il y a exactement dans mon assiette. Déformation du comptage de calories, probablement.

– Y a un bar à crudités et un bar à fruits frais. Le bar à fruits frais c’est mon repère. Y a de la pastèque, de l’ananas, de la banane, du kiwi, etc. le tout fraîchement coupé. Y a un bar à fruits frais à la cantine, je sais pas si vous réalisez.

– Y a tout un rayon de yahourts et de compotes de toutes sortes, bio ou non.

– La petite bouteille de San Pellegrino c’est ma petite folie, j’en prends une de temps en temps.

– Y a pleeeein de légumes vapeur (ou pas vapeur). Et c’est plutôt pas mauvais,

– Le gérant de la cantine ressemble à Matthew Bellamy. Je pense le demander en mariage sous peu.

Seul hic : ils proposent souvent des épinards. Et moi les épinards, ARGH. Et des navets, et des salsifis. DES SALSIFIS. Qui mange des salsifis ?

disgusted girls

Bon, et donc, je vous parlais poétiquement de mes espoirs, dans le titre. En fait, pas de semi-marathon à court ou moyen terme. J’ai fait le tour des forums de course et c’est apparemment pas de ça dont j’ai besoin, mais d’ENDURANCE FONDAMENTALE. En gros, pour courir vite, il faut que je coure d’abord TRES LENTEMENT mais longtemps. Pendant quelques semaines, je fais deux à trois séances d’endurance fondamentale par semaine, et ça va augmenter toutes mes capacités (surtout cardio-respiratoires en fait), et du coup ça me permettra de progresser par la suite.

J’ai déjà bien progressé hein, dimanche dernier j’ai couru 8 km en 1h (sans m’arrêter, même pour dire bonjour aux coins-coins du parc). Sachant qu’il y a genre 2 ou 3 ans, je courais à 5,5 km/h. Mais du coup en endurance, je reviens à cette vitesse, et LA FRUSTRATION, voyez. M’enfin, c’est pour la bonne cause (je me garde le footing du dimanche pour m’éclater un peu quand même) (je m’en voudrais de faire manquer leur show hebdomadaire aux coins-coins).

Du coup je me suis fixée un nouvel objectif, peut-être plus proche de ce que je peux faire en 2014 : courir 10km en moins d’une heure. Et d’ici là j’aurai probablement perdu quelques tailles.

En ce moment la bouffe ça va plutôt pas mal. Le temps des soupes est revenu, le temps des salades n’est pas encore tout à fait parti donc ça se passe bien. Pas de frustration, la bouffe du midi passe vraiment bien, et je me sens bien dans mes calories (c’est beau, ce que je dis).

super duper emma stone

 

(ouais, j’ai pas de photos de bouffe pour vous, alors je compense avec des gifs)(C’EST COMME CA).

Défi, Opération Mordor, Sport

Alors donc oui, je suis maboule

Pas parce que j’ai perdu 3 kilos, youpi, encore plus de 90% de l’objectif devant moi ! (hin hin hin).

Non, parce que je me suis inscrite à un programme d’entrainement pour le semi-marathon qui commence la semaine prochaine. Rien de très officiel, hein, simplement un programme précis proposé par Runkeeper (j’ai laissé tomber SportyPal, qui m’oubliait la moitié des données en cours de course, ce gros TROLL). Techniquement avec ce programme, je suis sensée pouvoir courir un semi-marathon début février 2014.

Sachant qu’en ce moment, je cours à +/- 7 km/h, ce qui me donne parfois l’impression de

tumblr_merxweTr8Y1rraqxpo1_500

Alors que non, hein, je vous l’ai déjà dit : C’EST PAS LA VITESSE QUI FAIT LA COURSE, C’EST L’ATTITUDE. Je te mets du capslock et du gras parce que c’est important. Rentre-toi ça dans la tête, chausse tes baskets, et reviens. Sale, en sueur, malodorant, écarlate, le cheveu gras, mais heureux.

T’as pris ta douche ? Tu peux revenir ici alors et grignoter quelque chose (bois un coup !). Donc, pour l’instant je cours 6km. Ce qui n’est pas mal, hein, d’autant que je ne fais pas de pause marche et que ça me fait du 45/50 min en non stop, c’est pas dégueu. Et je pense que je peux atteindre les 10 assez rapidement, puisque je finis les 6 plutôt bien, fatiguée mais pas fifou fatiguée. Maintenant, 21 km… AH AH.

Je peux le faire. Easy. Ce sera mon défi, mon graal, mon mordor. Oui, appelons ça l’opération Mordor, ça donne une bonne idée du délicieux enfer qui m’attend (heureusement que personne ne me croquera les doigts dans l’histoire, ça serait un comble, tsé).

Il me suffira d’imaginer que Walter White et le cartel me courent aux fesses.

run

OUI D’ACCORD.

Souhaite-moi bonne chance ! Ca va toi, sinon ?

Carnet de Bord, Défi, Régime, Sport

La course à la papillote

Je me suis réveillée ce matin à 8h. Je ne sais pas ce à quoi pense mon cerveau en ce moment, mais il semble avoir envie que je me lève tôt (alors que je ne me couche pas plus tôt) (il doit faire sa crise d’ado tardive, que voulez-vous). Bon, ben, au boulot !

C'était une belle matinée
C’était une belle matinée
D'un peu plus haut
D’un peu plus haut

Parce que oui, cette séance a été pleinement satisfaisante (= je me suis éclatée). D’une part, 4km (wheee !) à 7km/h (re-wheeeee !) en incluant 4 pentes (MEGA-WHEEEEE!). 

J’ai monté celle-ci deux fois :

Elle m'a donné du mal, celle-ci !
Elle m’a donné du mal, celle-ci !

Elle n’a pas l’air folle, mais je vous prie de me croire : elle est sacrément pentue même si courte ! J’y suis allée confiante, et ai terminé chaque fois en attaquant sur la plante des pieds histoire d’avancer… Je suis bien contente. J’ai aussi entamé ma pente, vous savez ?

LA PENTE
LA PENTE

Je vous avais posté cette photo, il y a quelques temps. C’est mon défi pour la fin d’année : aller jusqu’en haut de cette côte EN COURANT. Ce matin, première tentative : jusqu’au deuxième arbre. Deuxième tentative, je suis allée à peu près au même endroit que le type qui court sur la photo. Croyez-moi c’est pas de la tarte mais je suis plutôt confiante pour la fin d’année. Je me suis sentie si bien en rentrant ! Pleine d’énergie, j’ai joué les tornades dans l’appartement, tout rangé, préparé le déjeuner :

Papillote !
Papillote !

Lieu noir en papillotes et courgette, carotte, tomates cerises, citron, ail, herbes de provence. C’était délicieux, sans trop d’arêtes (j’adore le lieu noir/colin pour ça). Cet après-midi c’est lecture et vieux James Bond. On se détend 🙂

 

Carnet de Bord, Défi, Sport

L’objectif 2013 est en stock

Ah ! Je suis bien allée courir cette après-midi, pleine de volontés et de ‘pouf pouf’ dans ma respiration, couverts par la musique dans mes oreilles.

Bon, au-delà du paysage toujours très beau auquel j’ai droit quand je vais courir aux Buttes Chaumont :

IMG_20130330_182741
Avenue des Alouettes
IMG_20130330_182935
Bon, accordons le ciel bleu au printemps, le froid à l’hiver
IMG_20130330_185253
Cet arbre me fascine chaque fois que j’y vais
IMG_20130330_185504
Le lac (sans les oiseaux)
IMG_20130330_185743
Temple de la Sybille

Il y a la côte, la fameuse côte sur laquelle je lutte toujours en remontant depuis le lac.

LA PENTE
LA PENTE

Cette pente, je lutte, je lutte, je suis penchée pour la gravir, à pas lents. Elle est bien plus raide que la photo ne le laisse penser.

J’y vais poumons en avant, courage au vent, parce que c’est le plus court chemin pour remonter et qu’elle donne sur la sortie que je prends pour rentrer chez moi. Mais je lutte.

ET. J’ai vu un type, le type qui court sur la photo : il court le long de cette pente. IL COURT. Il y va, il y va à fond, et il court jusqu’en haut. Et là, je me suis arrêtée pour le regarder faire, complètement fascinée et admirative. Et PAF, voilà évidemment mon objectif 2013. Oui, je me laisse 9 mois pour atteindre cet objectif, sachant que là je cours à peine 10 mètres de cette pente avant de m’effondrer. Et voilà, l’objectif que j’attendais pour ce début d’année déjà bien entamé.

En décembre 2013, je serai capable de courir toute cette pente, même si je dois terminer comme le type qui y parvient, complètement essoufflée et effondrée à la fin. ET PAF. 

Au-delà de ça, c’était une chouette séance, agréable, au frais, au calme, avec un parc quasi désert. Ca m’a mise de bonne humeur. Ma playlist du moment, pleine de pop et de fraîcheur, disponible comme toujours ici.

Carnet de Bord, Défi, Régime

Jour 77 : Le Défi 2, le retour

Ah ah, ça en jette hein ! Eh oui, cela fait plus de 2 mois désormais que je lutte en public contre mes problèmes de bouffe… Champagne ! Ou presque : un post défi !

Vous vous souvenez du fameux défi « saucisson », réussi avec brio (si, si !) ? Ben voilà, je m’en inflige un deuxième (et j’aimerais bien instaurer une sorte de fil rouge défi, histoire de tenir le choc).

Défi 2 : LES CARAMBARS AUX FRUITS

Oui, les bonbons sont un de mes pêchés mignons : si j’ai le malheur d’en acheter, je les dévore en quelques jours (bon, quelques heures) seulement. Et le pire du pire ? Les carambars aux fruits. Ceux-là, c’est une catastrophe. Je ne sais pas si c’est le goût ou la texture, mais je n’y résiste pas une seconde si je ne fais pas d’effort.

Ils sont là !

L’objectif, c’est de les garder jusqu’au 20 décembre. Ca sera très dur, c’est sûr, mais qui ne tente rien n’a pas de carambar !

Sinon, ce matin, j’ai pris un petit-déjeuner délicieux (la poire, l’autre amie du petit-déjeuner).

Tartines et poire (et café et jus de pamplemousse)

Et là, pof, une soupe maison chou-carotte-pomme de terre !

Soupe aux choux

Point défi : j’en ai mangé 5. Bon, c’est le premier soir, hein. Oh.