Carnet de Bord, Découvertes

Derniers pas

J’allais écrire « premiers pas » dans le titre parce que j’entame quelque chose, sauf qu’en fait c’est les derniers pas, du coup. Du « long walk », tout ça.

J’ai entamé réellement ce blog en 2012. Il y a 5 ans. Pleine d’idées sur ce que je devrais être pour être plus heureuse, persuadée que ça passait par le contrôle de mon corps et de ma tête. A manger des jolies choses colorées, à me lancer des défis, à tenter de comprendre ce dont j’avais besoin pour être bien.

Aujourd’hui j’ai fait beaucoup de chemin, j’ai tâtonné, testé, pleuré, fait des tas de trucs cools et d’autres trucs chiants. 9 mois de thérapie salvatrice l’an dernier, une connaissance bien meilleure de la personne que je suis (et une appréciation, même si elle reste relative, de cette personne). Et il y a quelques semaines, j’ai réalisé que ça suffisait, malgré mes envies d’être plus mince : il est hors de question que je refasse un régime. J’en fais depuis l’adolescence, ça ne fonctionne pas. J’entends aussi par régime le terme à la mode « rééquilibrage alimentaire ». 5 fruits et légumes par jour, pas trop de sucre, pas trop de gras, pas trop pas trop pas trop de plaisir. 

Et du plaisir il en faut le plus possible. 

Du coup depuis quelques semaines et j’en ai un peu parlé ici, je m’intéresse beaucoup à ce que disent les docteurs Zermati et Apfeldorfer. Nutritionniste pour l’un et psychiatre pour l’autre, ils préconisent une chose majeure :

Écouter son corps et ses sensations pour retrouver un équilibre naturel. 

Ca a l’air niaiseux dit comme ça mais ça me plaît bien : manger quand on a faim (et ce dont on a envie), se concentrer sur ses sensations, le goût, la faim, est-ce que j’ai encore faim ? Est-ce que c’est bon ? Est-ce que ça me fait plaisir ? Est-ce que j’ai encore faim ? Est-ce que je laisserais pas une petite place pour le dessert qui me fait plus envie que les 4 dernières bouchées de lasagnes ? On connait toutes et tous ces sensations post-repas de fêtes trop gras et arrosés, où on ne réclame que salade, tisane et légèreté…

L’idée c’est que notre corps sait très bien ce dont il a besoin, et il sait très bien nous le communiquer. Et que nous, avec tout ce qu’on croit avoir appris sur l’équilibre alimentaire, ce qui est bon ou pas, ce qui doit être mangé et quand, ben on en sait rien. Je ne prétends pas détenir désormais LE GRAND SAVOIR. Mais depuis que j’ai commencé à me poser ces questions, à rechercher du plaisir à manger quand j’ai faim, je touche du doigt un bout de sérénité.

De là à te dire qu’hier à la cantine, j’avais envie d’une danette pour le dessert et que je ne l’ai pas finie car j’ai eu bien l’impression que mon estomac était plein pile comme il fallait… Finalement j’ai eu un petit creux 3 heures plus tard. Je commence doucement à me prouver à moi-même que je peux manger exactement comme mon corps a besoin si je sais l’écouter, et sans me frustrer (du coup, ben ouais, la magie).

J’ai donc pris l’initiative d’aller voir le Dr Zermati cette semaine, en consultation. Histoire de boucler la boucle. Une heure de consultation intéressante autour de moi et de la bouffe, et quelques exercices à faire : ne rien faire d’autre que manger quand je mange seule (pas de télé, d’ordi, de téléphone, de livre…) pour bien se concentrer sur mes sensations quand je mange, et une carnet alimentaire : ce que je mange, dans quelles circonstances, avec qui, mes envies alimentaires auxquelles je ne cède pas (et pourquoi) et celles auxquelles je cède (et pourquoi).

Rendez-vous dans 15 jours pour en rediscuter avec lui.

Mais pour moi qui ai passé ma vie à culpabiliser et à tenter de contrôler l’incontrôlable, et maintenant que je suis définitivement guérie de mon hyperphagie, tu peux pas imaginer à quel point cette approche bienveillante me fait du bien.

Telle que tu me vois là, je fais 109 kilos, et je me suis jamais trouvée aussi bonnasse. HE OUAIS.

Publicités
Carnet de Bord, Découvertes, Edito

Chrono-nutrition, un peu

Je n’ai pas encore parlé ici de chrono-nutrition, parce que je trouve ça si pompeux, bon sang. Malgré tout c’est quelque chose que je pratique depuis quelques temps (dans la mesure du raisonnable bien sûr, je suis définitivement CONTRE les régimes et autres trucs contraignants, j’espère que tu l’as bien compris).

Mais je suis en quête de bien-être en général. Et il se trouve qu’avoir changé mes petits-déjeuners a un impact non-négligeable sur le bien-être en question. Bon, on va encore tourner autour du sucre hé ui, car c’est bien lui qui semble être au coeur de l’attention de mon corps qu’est-ce que tu veux y faire.

Donc : le matin, c’est du gras, du gras et encore un de gras. Soit : du fromage (quelle jolie vie je mène). Avec du pain de seigle (pas pur seigle hein, le bon pain de seigle du boulanger que quand tu le grilles c’est si bon). Tu prends le pain que tu veux en vrai (même s’il paraît que le blanc est pas bon parce qu’il fait grimper la glycémie… j’ai pas vu beaucoup de différence quand j’ai pris du pain blanc, donc bon, je te jette pas la pierre).  Et un grand café ! Enfin ce que tu veux comme boissons mais sans sucre, quoi.

En gros, c’est environ (environ, hein, on va pas se casser la nénette à commencer à peser la bouffe tous les jours… une fois pour repère, c’est bien) 80g de pain et 100g de fromage. Plus ou moins, en fonction du déjeuner qu’on prévoit… tard, tôt, léger, grassouillet… Tu peux ajouter une lichette de beurre (quel bonheur, bon sang). ,Je ne mange pas de viande, mais tu peux mixer fromage et charcuterie. Je mixe parfois avec du saumon fumé, ou un oeuf au plat <3.

En ce moment, comme j’ai un peu de mal à me lever et que je cours un peu entre le brushing et le câlin aux chatons, je mets tout ça dans un tupp’ et je l’emmène au bureau : du coup j’en fais un peu moins, vu que ça me fait petit-déjeuner plus tard.

Bref, les effets sont canons : moi qui avait tendance à avoir salement la dalle à 10h (on en revient aux pics glycémiques évoqués dans mes précédents posts sur LE SUCRE C’EST MAL HAAAA), je n’ai pas faim avant 12h30. Quel confort pour bosser dans de bonnes conditions, en vrai. Et je suis moins gonflée, moins ballonnée, et ce toute la journée. On va pas se mentir, c’est confortable aussi pour être pas trop serrée dans son slip.

Allez, la bisette.

 

Découvertes

Les fugues

Ce week-end j’aurais du bloguer mais bon, J’ETAIS A BUDAPEST LES AMIS. Escapade de 3 jours avec monsieur, vers l’Est où il a fait bien bon, et où, je vous le donne en mille, on a bien bu et bien mangé.

homer eating

Je vais me permettre de te donner un conseil, si comme moi quand tu pars en vacances c’est essentiel pour boire et manger des trucs nouveaux. NE CULPABILISE PAS. Et détends-toi. Arrête de penser à ce que dira la balance à ton retour, parce qu’à ton retour, tu ne VAS PAS TE PESER. Tu vas reprendre tes bonnes habitudes rapidement, manger léger les quelques jours qui suivent et tu verras que le gras ingurgité ne restera pas planqué dans tes plis. Et tu pourras te peser sereinement. De rien.

Evidemment ça marche pour les week-ends, hein. Si tu pars deux semaines, bon, profites-en et goinfre-toi des bonnes choses locales, mais essaies de t’aménager des pauses quand même. Il s’agirait de pas flinguer ton système digestif (et tes plis). Tout est question d’équilibre, et au bout du compte on finit par le trouver naturellement.

Du coup, quelques illustrations du manger et du boire :

image
Du gras (SI BON)
image
Kurtoskalacs (SI BON)
image
Du saumon qui grille (SI BON)
image
Une dame qui met du goulash dans du pain
image
Vin et palinka

Sinon, ça va. Je te refais un point de situation bientôt mais on retrouve les réflexes et on se prépare un plan de sport AUX PETITS OIGNONS. Je sais, que personne dit encore aux petits oignons. Moi si.

Bilan Hebdo, Carnet de Bord, Découvertes, Régime, Sport

Bilan des trois semaines et haricot magique

Le fameux, celui que personne ne fait. Enfin, vous n’êtes pas à l’abri du bilan mensuel la semaine prochain, hein !

Bon, j’ai perdu 2 kilos. Ce qui est toujours bien (ça fait toujours ça de moins à porter pour mes genoux) mais un peu moins que ce que j’espérais. Cela dit, avec le sport que je fais (et l’eau que je bois, beaucoup plus qu’avant) je me dis que cela peut jouer. Et je prends mes mesures aussi chaque semaine, ça semble aller dans le bon sens (mais il est trop tôt pour se faire une idée).

Et techniquement, ça se passe comment ? Je suis comme je vous l’avais dit, à un objectif de 1200 kcal par jour, ce qui est peu, mais ça passe pour perdre du poids (j’ai quand même 40 kilos à perdre, ça va pas se faire en me promenant dans les champs de coquelicots). Et j’utilise donc un compteur de calories, qui m’aide vraiment beaucoup à me repérer dans ce que j’absorbe. Alors ouais, je perds un peu la spontanéité et le plaisir de manger ce que je veux sans trop y penser, en même temps c’est encore une fois temporaire et c’est utile. Si j’ai une très bonne idée de ce que doit être l’équilibre alimentaire, mon point faible reste vraiment les portions, donc peser n’est pas du luxe !

A côté, je fais beaucoup de sport, ce qui permet quand même de réguler légèrement l’apport calorique (j’ai brûlé en théorie 850 kcal jeudi, n’absorber que 1200 kcal serait un non-sens). Lundi, mardi, jeudi et vendredi, je fais un mix de cardio (je cours régulièrement 5km, youpi !) et de musculation. Je déteste mes bras, ils sont flasques et moches = musculation.

On est pas la pour se détendre la quiche, j’ai envie de dire.

working-out

L’idée est de trouver un équilibre entre temps libre et temps passé à faire du sport : j’ai d’autres choses à faire et je ne peux pas me consacrer entièrement au sport. Ecrire, lire, et sortir un peu (et regarder des séries, J’AVOUE), passer des heures sur pinterest et tumblr (OUAIS AUSSI), c’est important aussi pour moi. Heureusement mon futur travail va me laisser plus de temps libre et je pense pouvoir équilibrer le tout !

En attendant, je ne mange toujours pas de viande et je le vis bien. Je garde du fromage sagement dans mon frigidaire et il tient la semaine, easy. Et je teste des trucs. Aujourd’hui : les haricots azuki ! J’aime bien les légumes secs et en plus ça me fait un apport en protéines qui compense un peu ce que je rate en laissant la viande de côté. Et dans les cavernes d’Ali Baba que sont les magasins bio près de chez moi, y en a plein de différents, dont les haricots azuki. Bon, je les ai fait tremper hier pour les faire en salade ce midi, malgré tout, ils ont cuit pendant plus d’une heure quand même. Donc je pense qu’il faudrait les faire tremper plus de 6h, pour réduire le temps de cuisson.

IMG_20130922_135643

Du coup, salade ! Avec de la tomate, une figue, un champignon, un oeuf dur, un oignon rouge : BONJOUR L’ORIGINALITE me direz-vous. Ouais, bah c’est pas sympa.

Sinon et en vrac :

Je suis allée à l’Opéra pour la première fois la semaine dernière. C’était La flûte enchantée (sacré Wolfgang), en plein air au château des Invalides, à Paris. Et malgré la pluie, le froid, la chute de la Soprano (qui après a chanté pieds nus), les connards du premier rang qui ont sorti leur parapluie, le cul mouillé par les flaques de pluie stagnant sur les sièges, c’était MAGIQUE. Je savais déjà que j’étais sensible à l’art lyrique après avoir dîné au Bel Canto (oui, quoi ?) et après avoir écouté environ un demi-million de fois le Nessun Dorma chanté par Pavarotti, ben là c’est confirmé. J’ai un peu pleuré pendant l’air de la reine de la nuit, j’ai frissonné à peu près tout le temps. Vivement le Palais Garnier, l’Opera Bastille ou mieux, la Scala de Milan (oui, quoi encore ? J’ai le droit de rêver).

C'était FIFOU
C’était FIFOU

– Je sais qu’on dit plus fifou depuis 1991, moi je le dis à peu près toutes les dix secondes. C’est mal.

Je vais voir Stephen King le 16 novembre au Grand Rex pour la présentation de Doctor Sleep, la suite de Shining. Vous le savez peut-être pas, mais Stephen King est mon idole absolue. J’ai lu Shining quand j’avais 18 ans, je me suis pas arrêtée depuis (en en gardant sous le coude justement pour ne jamais être à court d’inédit à lire).

Je suis devenue adulte en lisant Misery, Marche ou crève, Le fléau, Dolores Claiborne. Et Danse Macabre, et Différentes Saisons (Shawshank Redemption, l’une des meilleures nouvelles du Monde entier), et Simetierre, et Cujo et bien d’autres encore. A chaque livre je grandis, j’apprends, je développe ma capacité à réfléchir, mon esprit critique. A chaque livre je l’admire un peu plus. A certains livres j’ai frissonné de trouille sous ma couverture (lisez Shining, sans dèc’).

Il vient en France POUR LA PREMIERE FOIS le 16 novembre. J’ai pleuré un peu en récupérant mes places. Je vais le voir en vrai. Mon écrivain préféré, mon héros est une légende vivante, et je vais le voir en vrai. J’assume tellement d’être une groupie totale.

J’ai une table. Une vraie table, une table de bar où je peux m’asseoir et prendre mes repas et mon café. Installer mon ordinateur et ma cafetière. Un livre et ma cafetière. Un carnet et ma cafetière. (Sauras-tu retrouver l’élément commun, Sherlock ?). Il aura suffi de 15 jours entre l’escapade à Ikea, le pied manquant, les échanges avec le SAV, les lenteurs de la poste pour que je puisse en profiter. Mais ça valait le coup. Et croyez-moi, avoir une table qui prend pas toute la place mais qui est suffisamment grande pour travailler, dans 20m2, j’en suis pas peu fière.

 

La vache, je t’en ai fait une tartine aujourd’hui ! (Si t’as lu jusqu’ici, vas donc grignoter un carré de chocolat, tu l’as bien mérité). (Ou un morceau de comté, ça marche encore mieux). (Le fromage, c’est la vie).

Non, mais faut avouer que cette histoire de table était parfaitement indispensable aussi, ne soyons pas chiches sur les détails.

 

 

Carnet de Bord, Découvertes, Régime, Sport

Les quadri, c’est la vie !

Oui, je fais genre j’ai du jargon sportif. En revanche, je peux pas faire genre j’ai des muscles sportifs, hein. J’ai les quadriceps en feu, et les fessiers sont déjà morts.

Et pourtant, je suis ravie, ahah ! J’ai couru 3 km ce matin, un POIL plus vite que la semaine dernière (6,7 km/h, puisque vous voulez tout savoir), et surtout en ne m’arrêtant qu’une fois au milieu, et en plus c’était pour enlever mon pull ! J’avais un t-shirt en dessous, hein, mais il faisait un froid de fifou du coup je suis partie en pull (ohé, je suis partie à 8h30 ce matin, ça suffit).

Une bonne séance parmi les petits oiseaux ! Avec une marche de récupération derrière et un joli paysage, comme toujours. Et j’ai même DOUBLE DES GENS !

Le contre-jour
Le contre-jour
Le lac avec des gentils z'arbres devant
Le lac avec des gentils z’arbres devant
Les p'tites fleufleurs
Les p’tites fleufleurs
Les gentils z'arbres
Les gentils z’arbres
Le gros rocher
Le gros rocher

Pis je suis rentrée, en sueur (mais pas trop, je pousse pas pour mon genou qui me fait peur en ce moment). Pour me faire une tartine de beurre de cacahuètes !

Café noir, tartine chouette
Café noir, tartine chouette

Le meilleur moment du running du matin, c’est le petit-dèj qui suit ! Bon, y a la douche, aussi. Mais le petit-dèj… Et qui culpabiliserait de grignoter une tartine de beurre de cacahuètes après avoir brûlé des centaines de calories en courant autour d’un lac ? PAS MOI EN TOUT CAS. De toute façon, je ne culpabilise plus pour la bouffe, c’est pas bon pour que ce que j’ai. Mais quand même !

Après avoir bidouillé des trucs pour la matinée, j’ai préparé mon déjeuner, avec la flemme la plus monstre du monde. C’est rare que j’aie vraiment pas envie de préparer quelque chose, même s’il ne s’agit que de quelques ingrédients jetés à la va-vite dans une salade vite épluchée. Mais là… Pouf. Sandwich !

Sandwich et betterave - 5 minutes chrono
Sandwich et betterave – 5 minutes chrono

Vous voulez savoir ce qu’il y a dans le sandwich ? Allez, je vous emmène backstage (huhu).

Les coulisses du sandwich - le reportage choc
Les coulisses du sandwich – le reportage choc

Une partie avocat/basilic/sauce pimentée, une autre rillettes de saumon/tomate. Finalement, les goûts sont bien équilibrés et c’est bien bon !

Cet après-midi, je vais prendre le soleil et me promener dans les rues de Paris, woupi ! En espérant que ça détende un peu mes muscles endoloris… Aïe aïe aïe !

 

 

Carnet de Bord, Découvertes, Régime

Vendredi ensoleillé à Paris

Enfin ! Un peu de soleil, un peu de ses rayons qui réchauffent à peine les couches supérieures de vêtements mais qui font du bien au coeur.

J’ai profité de ce temps magnifique pour chausser mes baskets les plus chics et me promener dans Paris, en m’arrêtant quasiment machinalement à Concorde, l’un de mes endroits préférés. Oui, c’est touristique, et oui, c’est plein de voitures et de pots d’échappement. Mais de là, on observe la tour Eiffel, l’assemblée nationale, les champs Elysées, le Crillon, Madeleine et au loin, le Louvre… Hop, aux tuileries, où j’ai croisé un drôle d’arbre, tout en bronze !

L'arbre des voyelles, de Penone
L’arbre des voyelles, de Penone

J’ai croisé un musée, aussi.

Musée de l'Orangerie
Musée de l’Orangerie

Je suis entrée bien sûr, d’autant qu’avec mes 25 ans passés, il me reste quelques mois seulement pour découvrir gratuitement les musées nationaux… J’y ai passé une petite demi-heure, découvert les tableaux du Douanier Rousseau (que je ne connaissais pas, je suis une inculte en termes d’art) et qui m’a mise drôlement mal à l’aise avec son sens des proportions, et les Nymphéas avant de me diriger vers un autre musée.

Musée des Arts Décoratifs
Musée des Arts Décoratifs

Et là, je flâne parmi les expos mode, textile, avant de pousser la porte de l’expo French touch dans la partie publicité du musée. Et c’était bien ! Un peu glauque, mais intéressante, avec un joli saut en arrière dans les années 90 (l’expo suit les liens entre les graphistes et la musique dans les années 90 et 2000).

Daft Punk
Daft Punk
IMG_20130329_152702
J’avais l’album Panini
Le clip de Stardust 'Music sounds better with you' tournait en boucle, j'ai lutté pour ne pas le regarder plus de deux fois d'affilée (Gondry)
Le clip de Stardust ‘Music sounds better with you’ tournait en boucle, j’ai lutté pour ne pas le regarder plus de deux fois d’affilée (Gondry)
Dans une autre salle, c'est Air qui est à l'honneur, avec 'Sexy Boy' en fond sonore
Dans une autre salle, c’est Air qui est à l’honneur, avec ‘Sexy Boy’ en fond sonore

Après avoir nourri mon coeur et ma nostalgie, je devais m’occuper de mon estomac, je suis rentrée !

Riz, crevettes, coco, curry
Riz, crevettes, coco, curry

Je me suis préparée un plat que j’adore (je pourrais mettre du lait de coco partout, et des crevettes aussi, allez). Des crevettes fraîches revenues à feu vif puis adoucies par le lait de coco et pas mal de curry en poudre, et du riz thai : un déjeuner plein de saveurs (depuis le temps que je le dis, que je dois aller en Thaïlande : et pas seulement pour les bouddhas couchés).

Découvertes, Régime, Recettes

Le dîner qui craquait

J’ai cuisiné ! Je veux dire, pas seulement assemblé deux crudités pour faire une (certes délicieuse) salade, cuisiné ! Comme cela ne m’était pas arrivé depuis des semaines. Une petite tarte brocoli-mozzarella, que j’ai laissée légèrement trop longtemps au four… Résultat, la mozzarella a gratiné toute seule comme une grande, et ça craquait souplement sous la dent comme seul un bon fromage sait le faire…

Tarte brocoli-mozzarella (qui craque)
Tarte brocoli-mozzarella (qui craque)

Bon, pour la recette, tu prends des brocolis que tu coupe en petits morceaux et que tu jettes au fond d’une pâte brisée. Tu rajoutes quelques petits morceaux de tomates si tu aimes ça, deux oeufs et de la crème et du lait pour que ça couvre le tout. Et des tranches fines de mozzarella par-dessus tout ça. Au four à 200°C pendant 45 minutes (ben, oui, faut que ça craque).

Dessert
Dessert

Et puis si tu as une petite envie de sucré pour que ça passe, un yahourt, quelques tranches de kiwi (parce que le kiwi, c’est bon et surtout, c’est vert) et un filet de sirop d’érable sont une bonne idée. Et ensuite, un café tout droit sorti de la machine à rêves (aka ma désormais légendaire Bialetti) et un bon livre.

Et ensuite :

audrey hepburn good night gif