Carnet de Bord

Les nouvelles fraîches

Fraîches aussi parce que l’automne a pointé le bout de son nez et avec lui les habituels salmigondis qui accompagnent mes transitions saisonnières.

Je vous ai laissés en décembre 2016 au moment ou ma thérapie devenait un peu moins compliquée à gérer et où la dépression s’estompait.

Bonne nouvelle : la dépression s’est bel et bien évanouie ! Même si ma lucidité naturelle me fait savoir qu’elle sera toujours quelque part, tapie dans l’ombre, prête à resurgir. Il paraît que c’est le lot de tous ceux qui ont subi une dépression : la chronicité potentielle. Mais ça c’est la partie cachée de l’iceberg : le niveau des eaux ayant tendance à remonter, espérons qu’elle reste bien cachée.

Bonne nouvelle 2 : ma psychologue a jugé en juin dernier que je n’avais plus besoin d’elle pour avancer, que je pouvais continuer mon chemin toute seule, sans roulettes.

J’ai eu peur, mais j’étais assez d’accord. On a fait un très grand tour de toutes mes problématiques, en 9 mois (tiens, j’avais pas fait le calcul, la symbolique est belle), on a creusé, fouillé, déterré. J’ai tout raconté dans les moindres détails, j’ai même déterré des choses que j’avais cachées bien loin dans mon inconscient. J’ai énormément pleuré, énormément réfléchi, énormément compris.

Enfant, j’ai manqué d’amour. J’ai culpabilisé. J’ai mangé. J’ai culpabilisé. J’ai manqué de confiance. J’ai mangé. J’ai culpabilisé. J’ai mangé. Une boucle bien ronde et bien dodue s’est bouclée. J’ai construit une personne sensée repousser tous les assauts extérieurs, pour m’éviter un abandon inévitable. C’est classique, hein, mais particulièrement efficace dans la destruction.

J’ai été très très malade, là-haut. Je le serai toute ma vie, je le sais maintenant. Malgré tous mes efforts, je ne pense toujours pas être digne de grand-chose ou de grand-monde. La grande question de ma vie restera : mais pourquoi les gens qui m’entourent le font-ils ? Pourquoi restent-ils ? Moi si j’étais eux, je me quitterais.

Malgré tout le degré d’intensité de ces sentiments est tellement moindre, par rapport à avant. Avant Madame ma psy, avant que je ne déterre tout pour tout nettoyer.

En vrai, je suis vraiment en pleine transition. Je suis en train de découvrir la vraie personne qui se cache sous mes vêtements et mes expressions. Mais l’ancienne, la masse de peurs qui s’était formée dans l’enfance et n’a commencé qu’à se détricoter il y a quelques mois, est toujours cachée quelque part. Elle me confie ses réactions brutes, elle me fait penser comme quelqu’un qui devrait toujours effacer sa vraie nature. Tandis que l’autre, la nouvelle (la vraie ?) commence à trouver sa place et à s’exprimer vraiment. Je sais que c’est cette deuxième « personne » que je suis. À bientôt 30 ans, il est temps qu’elle s’installe ! Malgré tout, la transition prend bien des formes, et elle passe aussi par une transformation physique qui a doucement repris. Il m’a fallu du temps pour redécouvrir mes sensations en ce qui concerne la nourriture : j’y arrive. Je suis encore obligée de réfléchir pour manger, mais j’y arrive. Je ne mange désormais que quand j’ai faim – ma psy m’avait prévenue : c’était la première étape de la guérison des TCA.

La deuxième étape, c’est de s’arrêter quand on a plus faim. C’est plus délicat et j’y travaille toujours. J’attends avec beaucoup d’impatience le jour où je ne serai plus forcée d’y travailler, de réfléchir.

Tout ceci n’est qu’une petite partie de la tempête sous mon crâne, encore. Mais je continue d’avancer. Ce qui est certain, c’est que sur ce blog vous ne retrouverez jamais de « j’ai mangé ci et ci et regardez cette photo ». Ça m’a aidée un temps, mais c’est une période définitivement révolue de ma vie. Aujourd’hui je cherche essentiellement à trouver un équilibre dans cette vie, dans mes comportements. Je ne me pèse plus (et je ne compte pas le refaire un jour, a priori). Je cherche une cohérence, une sérénité. Peut-être que vous en serez témoins ? Si j’arrive à tout démêler.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les nouvelles fraîches”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s