Carnet de Bord, Edito, Mon parcours

Des caps. Des caps partout.

Bon, ça vaaaaa. Un post tous les 6 mois, ça permet que vous vous lassiez pas trop de moi. Enfin, presque. Vu que bon, du coup, à chaque fois, des bilans s’imposent un peu.

Mais attendez, y a quand même vachement de changement !

Je vous l’annonce tout de go (et j’annonce également que j’arrête désormais de dire « tout de go ») : je pèse aujourd’hui 88 kilos. J’en pesais encore une centaine en fin d’année dernière, OUI MADAME. Comparé à mon poids d’il y a 3 ans ?

– 25 kilos. OUI MADAME BIS.

Je sais pas trop ce qui joue, ce qui change. Je me sens bien, depuis quelques mois. Ma vie bouge un peu en continu (dans tous les domaines), et je tends vers un certain équilibre, j’ai bien l’impression ! Bon, rien n’est gagné, hein. Mais tout de même, c’est un poids que je n’avais pas atteint depuis, genre, le début du lycée ? Difficile à dire, mais ça doit être à peu près ça. Du coup, j’ai du refaire plein de shopping (QUEL SACRIFICE)(en vrai, perdre autant de poids, ça coûte du fric, BIGRE!) et jeter un tas de fringues qui ne me vont plus. Mais pareil, niveau taille de vêtements, je suis plutôt côté 46, là. (J’ai même acheté un jean en 44, bon, c’est stretch, MAIS QUAND MÊME). Et ouais, ça colle avec le début du lycée, comme taille de fringues.

Et je fais pas spécialement d’efforts. Je continue le sport en rythme de croisière (2/3 fois la semaine), je mange à peu près à ma faim (merci la cantine du taf <3).

Et puis j’avance aussi, hein. Niveau boulimie, j’veux dire. Ouais, c’est derrière, ouais j’ai plus de problème avec la bouffe, et c’est cool. Mais j’ai encore du chemin à faire parce que cette saleté m’a pas mal détruite, avec les années ! Là où je sais que j’avance ? J’en ai parlé (même si rapidement et en éludant les détails) à mes parents (qui sont tombés de haut). J’en ai parlé au type avec qui je sors, alors que ça n’est même pas encore sérieux avec lui. J’en parle assez librement, autour de moi, au travail. Je pensais que ça mettrais les gens mal à l’aise. Alors que non, ça les intéresse, ça les fascine un peu. Après tout, ça fait partie de moi, alors pourquoi j’en parlerais pas ? Y a pas de honte.

Ouais, je sais que ce post est un peu chiant. Mais pour moi c’est plutôt :

La bisette sur vos coudes.

Publicités