Carnet de Bord, Régime

La bienveillance du printemps

Il tarde. Il tarde, mais comme je suis en congés, en hibernation dans mon studio douillet, il peut prendre son temps, ce printemps. J’ai pris quelques jours pour me remettre doucement de ces deux dernières semaines, particulièrement intenses avec une participation à un salon majeur, des journées chargées et le week-end au salon…

Me voilà libre jusqu’à mardi, avec un objectif, remettre de l’ordre.

Dans mes idées, dans mes projets, dans mon studio, dans mes mails, dans mes fichiers… dans mon régime. Et aussi et surtout, dormir. Ces dernières semaines m’ont épuisée, mais rien qui ne soit rattrapable avec plusieurs jours de repos, j’en suis sûre !

Ce midi, déjeuner printanier :

Déjeuner géométrique
Déjeuner géométrique

Tout plein de jolies couleurs et de jolies formes dans cette salade (et plus importants, de jolies saveurs pour mes papilles) : salade iceberg, avocat, panaché de tomates cerises, apéricube nature et vinaigrette. Et ce soir ? Probablement une nouvelle variation autour de l’avocat…

Publicités
Découvertes

Lumières

[mode blogueuse ON]

Coucou les filles-enh !

[mode blogueuse OFF]

Damn ! J’ai un peu fait tout et rien ce week-end : résultat, pas suffisamment posée pour bloguer ! Il faut dire que j’ai travaillé depuis chez moi, espérant assurer une semaine très chargée au boulot. Donc, une fois n’est pas coutume, je vous fais un petit post « vrac », sur les 3 derniers jours.

Oeillets
Un samedi matin chez le fleuriste
Riz complet, champignons de Paris frais, coulis de tomates et courgettes
Riz complet, champignons de Paris frais, coulis de tomates et courgettes
Lumière
Lumière
Hoummous et Ktipiti !
Hoummous et Ktipiti !
Paris, Hôtel de Ville
Paris, Hôtel de Ville
Fromage frais, truite fumée, jeunes pousses
Fromage frais, truite fumée, jeunes pousses
Ciel mauve
Ciel mauve

Pas de viande, pas d’excès, mon estomac en paix avec le monde, une lumière différente dans le ciel à chaque heure (mois de Mars, je t’aime), un week-end serein.





Carnet de Bord, Régime

Végétarienne, moi ?

Impossible.

Je dis ça parce que j’aime trop la merguez qui s’échappe du barbecue l’été, quand le soleil brille et que les tongs vous grattouillent l’intérieur des orteils. Ou encore un bon Big Mac qui va bien, avec une frite à grignoter tout juste sortie du sac en papier. Ou une grosse raclette des familles, qui réchauffe, qui ravive les convives ET PUIS Y A DU FROMAGE.

Mais je ne peux pas nier deux évidences : je digère de plus en plus mal la viande, et je suis de plus en plus sensible aux dérives de sa production.

Pour le premier point, il n’y a pas à tournicoter autour du pot de terrine : la viande un peu lourde, un peu grasse,  pèse sur mon estomac des heures durant. Rien de très agréable : je suis prête à renoncer à une tranche de rôti si ça peut m’éviter une après-midi ou une nuit de gargouillis (glamour/pas glamour). Et ça va en s’empirant, donc, j’évite quand je peux l’éviter.

Pour la seconde raison… Je suis en train d’évoluer dans ce sens. J’estime que je ne suis pas encore suffisamment renseignée sur le sujet pour d’une part, devenir végétarienne à part entière, et d’autre part, comme je l’ai dit au début, je ne suis pas prête à renoncer à ce que j’aime vraiment et ce qui me fait plaisir. Mais j’avance dans cette direction, je ne sais pas encore où je me place, il faut pour cela que je m’intéresse de plus près à toutes les choses qui entourent le végétarisme. Si vous avez un livre et/ou un docu à me conseiller, je suis preneuse !

Tout ça pour dire que naturellement il y aura de moins en moins de viande sur ce blog, et que s’il y en a, ce sera bio. Par contre, pas question d’éliminer le poisson. D’ailleurs il est ce soir question de saumon !

Je me suis régalée
Je me suis régalée

Une simple salade de mâche/chèvre/saumon fumé avec une galette de céréales quinoa-boulghour-tomate. Sans tomber dans le cliché je-mange-pas-de-viande-appelle-moi-sojasun-et-viens-gambader-dans-les-coquelicots-avec-moi, ce genre de trucs est vraiment délicieux. Ca n’a rien à voir avec la viande, mais qu’est-ce que c’est bon ! Du pain (superflu parce que j’avais déjà suffisamment de céréales, mais j’en avais envie, hem). Et une tisane, et je suis déjà à moitié en train de ronfler.

Carnet de Bord, Régime

Un peu d’exotisme

Oui, je trouvais qu’avec toute cette neige et tout cet hiver qui virevolte autour de nous (voire même dans nos cheveux, ce que je trouve tout à fait inadmissible), ça ne ferait pas de mal d’avoir un peu de coco dans l’assiette.

Voilà donc un dîner qui se donne l’air thaï… de loin !

Nouilles sautées crevettes/pois/coco
Nouilles sautées crevettes/pois/coco

De simples nouilles chinoises, sautées avec des petits pois en conserve (ohé, ça va vous, dans le fond là, je vous vois me juger !) et des crevettes fraîches de chez le poissonnier (ah, on fait moins le malin !) et du lait de coco (je pourrais en manger à chaque repas, je pense).

Le résultat est bon, d’autant que je le pousse un peu avec un mélange d’épices au gingembre, et vraiment, ça cale et c’est plutôt sain. Du coup j’ai doublé les portions et j’en ai préparé aussi pour demain midi (tout plutôt que sortir chercher à déjeuner par ce temps, il fait bien trop délicieusement chaud au bureau).

Et ce midi d’ailleurs, c’était pâtes, ratatouille maison devant l’écran, de quoi passer un déjeuner de foufou. Heureusement que le café a rattrapé, je vous le dis.

Non, je ne me suis pas pesée. Je me laisse une semaine de répit pour rattraper le coup avant de fondre en larme devant l’écran analogique qui me fixera autant que je l’éviterai. J’aurai sa peau ! [insérer ici rire démoniaque]. Pour l’instant je n’ai pas trouvé de moyen de ne pas angoisser devant la balance. 

Carnet de Bord, Régime

Post du lundi, champi !

Même pas peur : je publie mon post pendant Top Chef. Chuis une gueudin.

Je vous préviens tout de suite, rien de glamour ne vous attend dans ce post.

Pas de pâtisserie revisitée avec l’élégance d’un Hermé, pas de boeuf bourguignon déstructuré-restructuré façon Lignac. Non, une gamelle-du-midi-parce-quil-faut-bien-manger-derrière-son-écran :

LA GAMELLE [insérer ici musique d'horreur]
LA GAMELLE [insérer ici musique d’horreur]
En vrai c’était drôlement bon ! Du boulghour, des champignons poêlés vite faits, un steak de soja (je les adore), un yahourt et deux bidules au chocolat. J’avoue que ça m’a bien calée, c’était copieux et la touche sucrée de fin de repas évite toute frustration (surtout quand elle est suivie par 2 cafés).

Une longue après-midi de travail plus tard, me voici clopin clopant, affrontant la pluie accumulée entre les pavés de mon impasse sur mes chaussures en faux daim (qui prennent l’eau). Un bon dîner s’impose !

Tartines de houmous et salade chèvre/champis, du classique mais de l’efficace !

Par le pouvoir du champi !
Par le pouvoir du champi !

Comme ça, même pas faim en me calant devant Top Chef. J’aime ces journées ou aucun écart, aucun doute ne vient troubler mes espoirs.

Quand la nourriture n’est qu’une composante de ma journée, pas un objectif ou un stress.

Carnet de Bord, Régime

Le poivre de mars

Ce soir c’était salade à la maison. J’ai de la roquette fraîche, j’adore la couper puis la manger (je coupe ma salade : arrachez donc mes membres et exposez-les encore sanguinolents sur la place publique, si vous trouvez que c’est un sacrilège).

La magie du poivron
La magie du poivron

Le poivron est l’un des légumes que je préfère crus, il est si sucré et si juteux, je trouve toujours dommage de le cuire. Le voilà rouge, dans toute sa splendeur ! J’ai par contre mis beaucoup trop de poivre, et j’ai éternué, comme dans une vieille bande dessinée.

J’ai ensuite grignoté un bon morceau de fromage et quelques friandises au chocolat et me voilà avec une énorme tisane.

Ce week-end a été bon sur le plan du régime et des efforts-qui-en-fait-sont-pas-si-difficiles. Reste plus qu’à tenir la distance !

Carnet de Bord, Régime

Arrêt au stand

Ce midi, j’avais faim, faim, faim. J’ai donc mangé des pâtes (mon rempart contre la faim). Mais aussi parce que j’avais enfin acheté des gnocchi sardes, les fameuses pâtes italiennes que je n’avais pas retrouvé en France jusqu’ici. Monoprix, tu peux continuer le guacamole périmé si tu me fournis des pâtes italiennes comme celles-ci !

Gnocchi sardes
Gnocchi sardes

J’ai ajouté un peu de verdure pour le goût et aussi parce que mes brocolis commençaient sérieusement à s’ennuyer au fond du bac à légumes, menaçant de jaunir (ils auraient mieux fait de faire quelque chose de constructif, comme créer un groupe de rock avec les carottes, plutôt que de jouer les contestataires, si vous voulez mon avis). Mais la volonté du brocoli fut faite, et ce fut dévoré ! Lentement, parce que je mange beaucoup trop vite. Mais les gnocchi sardes ne me résistent jamais bien longtemps ! Une part de fromage, un peu de pain aux céréales, une prune, et hop.

J’ai dit qu’aujourd’hui j’étais tranquille, que je ne me laisserais pas toucher par quelle contrariété que ce soit (retards au travail, régime décoiffé, prochaine discussion avec la banquière, voilà). Donc je m’applique à créer de jolies playlists pour courir, un chocolat chaud à la vanille à disposition, en regardant « Vous avez un message », une fenêtre ouverte sur l’air frais de Paris, un plaid sur mes genoux.

J’espère que votre dimanche est aussi paisible que le mien !