Carnet de Bord, Découvertes, Régime

Café-journal, signe de jour férié

Jour férié, ça veut dire pas de réveil un jour de semaine. C’est la lumière du jour qui m’a réveillée en douceur. Je n’avais pas faim, du tout (alors qu’habituellement j’ai l’estomac violemment creux au réveil), j’ai avalé un english-muffin toasté et beurré rapidement, avant de lancer une lessive et d’aller me promener.

Le temps était gris ce matin, mais il ne pleuvait pas, l’occasion de découvrir une partie de mon quartier que je ne connaissais pas… Et qu’en fait je n’ai pas envie de connaître plus que ça. A quelques centaines de mètres à peine de ma rue, le quartier est plus gris, plus froid, plus sale. Moins de monde, le bus bruyant, les murs tagués. Je vais rester dans mon petit coin qui me convient très bien et éviter d’explorer plus que ça !

En rentrant, j’ai préparé le déjeuner… C’est la saison du potiron ! J’essaye de le cuisiner à peu près sainement, du coup je l’ai mis à rôtir au four avec quelques pommes de terre et de l’ail. Et à côté, une omelette !

Potiron, ron, ron, les petites omelettes (je sais)

Et là…

Ma version du papy-pantoufle

Cet après-midi, je commence mon NaNoWriMo allégé… Et je vais courir. Et je rattrape mon retard dans les séries, et dans mon tome 2 du Comte de Monte Cristo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s