Carnet de Bord, Régime

Le paratonnerre de la bouffe

Oui, c’est un syndrome qu’on a facilement quand on est au régime. Toute la journée : toute la bouffe qui passe, elle est attirée par vous comme si vous étiez le paratonnerre de la bouffe.

La nana de la compta qui passe avec son plat maison à base d’épinards et de rognons grillés ? Ca fait envie.

Le collègue à l’appétit d’ogre qui passe avec sa barre chocolatée ? Aboule.

La menue de service qui passe avec son unique quart de brocoli pour le déjeuner ? IL EST POUR MOI.

Je passe par la phase : je veux MANGER. En fait, j’ai des habitudes bien ancrées depuis des années maintenant : manger au-delà de ma faim. Assez largement parfois, juste au-dessus, d’autres. Sauf qu’en fait il faut que je trouve l’équilibre. Et là, j’ai une sorte de relent de je-changerai-jamais-de-toute-façon-je-suis-pas-prête-à-me-battre-toute-ma-vie-comme-ça. Sauf que putain, si ! Y a pas, il faut que j’y arrive, il faut que je continue. Je me suis accoutumée à une mode d’alimentation pendant 24 ans, peu importe le temps que prendra l’accoutumance inverse, j’y arriverai (et dommage collatéral, j’aurai le boule de Beyoncé).

J’y arriverai [insérer ici jurons variés et fleuris].

Gnnn
La folie me guette

 

En attendant ce soir : QUINOA. J’adore le quinoa. C’est BON le quinoa.

J’ai dit que j’aimais le quinoa ? La photo est moche, arrête, je sais. Mais j’ai pas le temps, je travaille comme une follasse et j’ai pas le temps de faire ce que je voudrais à manger, et que ça soit aussi joli et bon et tout.

Quinoa, thon, tomate, courgette, poivron orange, vinaigrette balsamique

Et après, paf le fromage blanc à la prune et cassonnade :

Fromage blanc et prune

 

Et sinon hier, c’était Quick en sortant du théâtre. Mais c’était prévu et maîtrisé, comme excès, alors aucune culpabilisation (et des frites, oh oui des frites !).

 

Publicités

4 réflexions au sujet de “Le paratonnerre de la bouffe”

  1. Je connais ce sentiment de manger au delà de la satiété… parce que tout bêtement on n’arrive pas à la reconnaître… on peut reconnaître la faim (en dehors des craquages) mais la satiété est plus compliquer à cerner. Et effectivement, tous ces automatismes que l’on chope, pas évident de s’en défaire. ça se fera avec le temps, ne t’inquiète pas. 🙂 et heu, moi j’aime bien tes photos!!! 🙂

    1. Oui, c’est là toute la difficulté de faire confiance ou non à ses sensations ! Finalement je ne m’y suis jamais fiée, il va falloir un certain temps d’adaptation 🙂 (merci :D)

  2. Hoooo alors je ne suis pas la seule *.*
    Parfois j’ai clairement l’impression de fabuler, quand j’ai super envie d’un truc et que je le vois 15 fois passer sous mon nez…

    Quoiqu’il en soit COURAGE !!!! èé/
    Même si l’univers est contre toi TU ES LA PLUS FORTE !!! GO GO GO !!! *\^o^/*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s